Bienheureux les Pauvres en esprit…

« Heureux ceux qui sont pauvres en esprit, car à eux est le royaume des cieux » (Matthieu 5:3)

Jésus dévoile un principe pour recevoir le royaume des cieux dans notre expérience quotidienne. Il ne parle pas d’un devoir légaliste pour améliorer notre salut, mais d’un état d’être influencé par la grâce pour accueillir constamment le « règne des cieux ».

La pauvreté d’esprit est un don, une révélation de Dieu pour soi-même.
Quand nous avons conscience de cette pauvreté, nous réalisons du besoin vital de l’opération de Dieu dans notre esprit. Nous sommes attirés vers le désir inextinguible de Dieu comme notre unique richesse.

Nos yeux s’ouvrent, et nous voyons combien nous sommes démunis dans notre vie spirituelle profonde. Bien souvent nous ignorons ou étouffons cette prise de conscience à travers une apparente satisfaction d’une vie religieuse mêlée d’actes de dévotions et de services à l’autre. Mais lorsque la brèche dans nos coeurs est authentique, l’esprit de Dieu s’y engouffre et déverse cette profonde grâce de révélation : la pauvreté en esprit – « je ne peux rien faire par moi même excepté… » (Jn 5:20). Ce don en devient un plaisir, car il est suivi d’un autre don, celui du Royaume, « …Ce que le Père fait aux cieux »

Enfin nous laissons la place à ce qui importe vraiment en notre intimité, la Présence Régnante du flot de vérité, d’amour, de joie et de justice. Beaucoup la recherche et passent à côté car ils chérissent une suffisance et un orgueil religieux au prix de cette pauvreté en esprit.

Certes « Tout est accompli » est la fondation de la nouvelle alliance scellée en Christ. Mais ce « Tout accompli » occupe seulement l’espace qu’on lui donne ! Si notre esprit est rempli de nous-mêmes alors nous restons seulement avec… nous-mêmes. Mais si notre cœur perçoit sa pauvreté alors sa véritable essence divine paraît, le puits intérieur de Dieu peut jaillir, et Christ occupe et s’élargit au-dedans. (Jn 7:38, Eph 3:17, Ap 7:17)

Dieu n’est pas statique, il est mouvement, dynamique, flot continuel. Il est esprit (Jn 4:24). L’apôtre Paul nous le dira autrement « soyez constamment rempli de l’esprit ». Dès que nous estimons posséder, nous sommes déjà dépossédés ! C’est la raison de l’insistance de Jésus ou de Paul entre autres sur un état constant de prière et de remerciement. (Lc 21:36, Eph 5:20…)
Les pères du désert enseignaient par exemple « la prière du coeur » (« la prière de Jésus ») comme une pratique spirituelle permettant de vivre la prière constante, la relation d’amour continue avec Dieu.

Le don de « La pauvreté en esprit » est la porte ouverte au Royaume des Cieux, où il n’est pas question d’un état figé, mais d’un état intérieur en perpétuelle communion, vers un échange infini. Tant que notre vase intérieur est « présenté » vide, il sera continuellement rempli, mais aussitôt qu’il pensera être plein, l’huile ne coulera plus… (2 Rois 5:6)

Cette pauvreté en esprit n’est pas synonyme de « sécheresse » spirituelle. Bien au contraire, l’Evangile nous dévoile un principe opposé au fonctionnement humain. Le rassasiement de Dieu implique un appétit supplémentaire de Lui. On pourrait parler d’une digestion incessante de la Présence infinie !

2 réponses sur “Bienheureux les Pauvres en esprit…”

  1. Puissante révélation « Bienheureux les Pauvres en esprit… » manifestée par la grâce de la Présence infinie en nous. Amen

  2. Wow ! Merci Fabien de partager encore avec nous cette merveilleuse révélation. J’avoue que je n’avais jamais vraiment approfondi ce verset et ne l’avais jamais lu sous cet angle non plus.
    Mais oui, AMEN ! Et merci pour tous ces mots qui nous touchent tellement !

    Je fais suivre d’une prière que j’adresse souvent au Père lorsque j’arrive au bout du bout de moi-même ! 😉
    « Père, je sais une chose, c’est que je ne sais rien, mais que Toi Tu sais TOUT !
    Père, je ne peux rien par moi-même, mais Toi Tu peux TOUT !
    Père, je ne suis rien, mais Toi Tu ES TOUT, alors sois mon TOUT chaque instant et pour toujours ! »

    Pour finir, cela me fait penser à ces versets bien connus aussi :
    « Il faut qu’Il croisse et que je diminue. » – Jean 3:30.
    « Si quelqu’un croit savoir quelque chose, il n’a pas encore connu comme il faut connaître. Si quelqu’un aime Dieu, celui-là est connu de Lui. » – 1 Corinthiens 8:2.
    Eh oui, être toujours plus « pauvre de moi » pour être toujours plus « riche de Lui » ! 🙂

    Bises !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.