Crois seulement

C’est cette phrase qui m’est venue ce matin, si simple en apparence quand Jésus la prononce, mais si défiante au quotidien : « Ne crains pas, crois seulement« . (Marc 5:36)

Elle est défiante, car vous êtes peut-être comme moi, en lutte parfois avec des pensées de peur, de crainte, l’imagination de scénarios pessimistes à l’inverse de la pensée de Dieu. Je suis de nature plutôt optimiste pourtant, mais elles surviennent régulièrement, sans crier gare. C’est donc qu’elles sont bien là, tapies quelque part et malheureusement, en plus de polluer le cerveau et le coeur, elles gâchent le quotidien, le moment présent, la vision de l’avenir et surtout elles peuvent faire barrage aux projets de Dieu. Mon imagination a un grand pouvoir, et je l’utilise souvent à mauvais escient, bien malgré moi. Je le sais, certain(e)s se reconnaissent dans la description. Je me demande d’ailleurs si ce n’est pas plus fort chez la femme…

Elles me font même me dire parfois : pourquoi ai-je autant d’enfants ? Pas comme un regret, je les aime bien trop ! Mais parce que si mes pensées ne sont pas renouvelées chaque jour dans la confiance qu’il est leur bon Berger, alors j’ai chaque jour plusieurs occasions de m’inquiéter pour eux, maintenant, et pour l’avenir. Le pire c’est que nos pensées de peur concernent même plus souvent l’avenir que le moment présent, alors que dans les faits, il y a très peu de raisons de vraiment s’inquiéter.

Cette phrase est donc un rappel pour moi-même et pour chacun(e) : ne crains pas, crois seulement.
Nos pensées ont besoin d’être renouvelées pour bien croire. Croire ce que Lui dit ; croire ce que Lui veut : des projets de paix et non de malheur ; croire qu’il ne veut que notre bien ; croire qu’il veut notre santé, notre prospérité, qu’il désire que nous vivions comme étant vraiment une nouvelle création, en plénitude, abondamment, etc.
J’ai donc besoin de me nourrir de ses paroles et de me nourrir de sa Personne. Alors, je pourrais croire de façon plus juste, évidente et être plus efficace pour faire comme Jésus faisait, lui qui connaissait si parfaitement le Père.
Nous manifestons ce que nous croyons. C’est donc important de bien croire.

J’aime aussi beaucoup la version de la « Passion Translation » : « Ne cède pas à la peur. Tout ce que tu as à faire est de continuer à croire ».

Alors Jésus dit encore à qui a besoin :

Pour ta guérison, ne cède pas à la peur, continue de croire (ça c’est pour moi !).
Pour tes besoins financiers et matériels, ne cède pas à la peur, continue de croire.
Pour ton couple, ne cède pas à la peur, continue de croire.
Pour ton/tes enfants, ne cède pas à la peur, continue de croire.
Pour ton entreprise, ne cède pas à la peur, continue de croire.
Pour ta santé morale, ne cède pas à la peur, continue de croire.
Crois seulement… crois seulement… crois seulement…

Ah ! Croire ! La foi ! Quel challenge, si simple du point de vue de Jésus. Si simple, car il connaissait parfaitement son Père. Quand on sait que cette phrase concerne la résurrection d’une enfant, quelle force et quelle puissance s’en dégagent pour nous encore aujourd’hui. « Petite fille, réveille-toi du sommeil de la mort ». (v. 41 TPT). (Si tu es un homme, tu peux le transposer en « Garçon, réveille-toi du sommeil de la mort. »)
Nos pensées de crainte font mourir nos pensées d’espérance, de confiance et de foi. Nous avons besoin de réveiller les pensées de Dieu pour nous, car l’ennemi de nos âmes sait à quel point croire est puissant et il cherche à nous faire croire par tous les moyens, à autre chose que le plan divin, à endormir la réalité de Dieu, à tuer la vérité.

Et cette phrase de Jésus « Ne crains pas, crois seulement » est adressée au père de l’enfant, qui maintenant qu’elle est morte, pourrait douter qu’un miracle est encore possible. « C’est trop tard » est certainement la pensée qui lui est venue quand l’annonce lui est faite. « C’est fini », « C’est trop mort », « Ca dure depuis trop longtemps pour que cela change », « Plus aucun miracle n’est possible »… Jésus nous démontre ici que rien n’est trop mort pour lui, alors « continue à croire ».

Je n’avais jamais fait attention (jusqu’à le lire dans le commentaire de la TPT) au lien qui pouvait être fait avec la fille ressuscitée et la femme guérie de sa perte de sang alors que Jésus est en chemin vers la maison de Jaïrus : 12 ans. 12 ans de maladie, de « perte », de honte et Jésus a guéri son corps et lui redonne également sa dignité, une nouvelle vie. 12 ans, l’âge de la jeune fille lorsque la mort est venue, mais Jésus lui redonne la vie.
Dans les deux cas, Jésus a accompli la parfaite volonté du Père.
Le chiffre 12 me parle toujours, comme une référence à l’élection et à Dieu qui travaille avec les hommes (12 apôtres, 12 tribus…). Et ce chiffre est présent ici, alors que Jésus exhorte à croire, seulement.
Le Père a besoin d’hommes et de femmes qui collaborent avec lui, exactement comme Jésus le faisait. C’est notre mandat de manifester la Tête. Et pour cela, nous avons besoin de croire, mais de croire de façon juste, selon la Tête justement. C’est ainsi que les miracles prendront vie.

Oui, c’est mon souhait pour moi et pour vous tous. Je veux croire, seulement et continuer à croire encore et toujours. Je veux que mon imagination Le serve. Je veux que mes pensées soient seulement Ses pensées et voir les bons fruits qui en découlent.

7 réponses sur “Crois seulement”

  1. Bonjour Claire
    C le verset que Christ m a donné quand j avais une hépatite c et que j avais peur.. Après j ai eu confiance.. Et quand le doute venait je pensais à ce verset.. Puis j ai guéri… Un jour j ai entendue Patrick Fontaine dire que quand nous avons le rhema… Je sais plus exactement ce qu’il a dit.. Mais j’ai retenue que quand j avais cette parole qui prenait vie dans mon cœur.. Je pouvais lui faire confiance, même si je voyais rien avec mes sens.. Maintenant ce que je me demande, est ce qu’il faut toujours recevoir sa conviction? Est ce qu’ en lisant la parole et en la croyant simplement j obtiendrait les même fruits ? . C vrai que cela est chouette pour notre vie de lui faire confiance.. Cela est tellement plus facile..
    Je me pose quand même des questions est ce que je doit tjs avoir le rhema ?
    J espère que je peux t écrire cela que c en rapport avec ce que tu partages…
    Merci pour vos partages je suis tjs hyper contente quand je reçois vos mails.. MERCI

    1. A ce stade de mon cheminement, je dirai que j’ai besoin de croire de façon juste et assurée (OUI, c’est bien le coeur de Dieu que je sois guérie puisqu’il l’a déjà fait à la croix / à transposer selon nos besoins : oui, c’est bien le coeur de Dieu de pourvoir à mes besoins car c’est un Père d’amour, etc.), et j’ai aussi besoin d’utiliser l’autorité qu’il nous a donnée, pour que cela devienne réalité dans la sphère terrestre. Je chemine aussi…

  2. Merci Claire pour ce message,
    c’est exactement le domaine des pensées que le Seigneur a travaillé en moi, il y a quelques jours. Je me suis réveillée la nuit et un flot de versets bibliques me sont venues à la bouche, je les ai écrites, bien sûr, et maintenant, je les proclame avec foi, chaque jour. Oui, nous accrocher à sa Parole. C’est notre sécurité.
    Soyez bénis… fraternellement. M.

  3. C’est un grand, un énorme AMEN qui jaillit de mon coeur à la lecture de ton billet ! Quel puissant encouragement !
    Alors oui, je m’associe à ton souhait, et que nous puissions tous chaque jour proclamer avec assurance : « je sais en qui j’ai cru » !!

    Génial aussi le parallèle avec le chiffre 12 ! C’est très parlant…

    Merci Claire, je vous embrasse 😘

Répondre à Jean V Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.