Des paroles de vie… ça vous dit ?

Paroles de VieLe sujet que j’ai envie d’aborder semble un peu « bateau » mais il me parle ces derniers temps, d’une manière plus concrète et je me dis que peut être, cela fera le même effet à certains !

Je crois que cela a commencé en me penchant plus sérieusement sur l’éducation de mes enfants. Je pense être comme toutes les mamans, j’aimerai être la maman parfaite, mais je ne le suis pas ! Par contre j’ai une valeur ajoutée à bien d’autres mamans, j’ai Celui qui est parfait en moi et je suis certaine que, comme dans bien d’autres domaines, il m’enseigne à entrer dans sa vision de vivre ma relation avec mes enfants.

Quelques fois… ou très régulièrement… mon ainé qui n’a pas encore trois ans, pousse ma patience à bout (et comme celle de Christ ne se manifeste pas encore pleinement…). Même si je le sais, à son âge, son cerveau et sa logique ne sont pas encore complètement développés, parfois ses réactions m’exaspèrent ! Et il m’arrive de lâcher des « tu es fatigant », « tu es toujours en train de râler », « tu es pénible »… Je me rendais compte lorsque cela arrivait, que ma manière de dire les choses ne sonnaient pas justes en moi. J’ai lu quelque part, dans un livre non chrétien (on peut y trouver de bonnes choses !), de ramener les choses à nous et non à l’enfant. Ex : « Je suis fatiguée », « Je n’aime pas t’entendre râler »… Ca résonnait plutôt pas mal. Alors avec Fabien, on essaie depuis de changer nos formulations (ça n’empêche en rien de mettre des limites et des cadres et de faire comprendre à l’enfant ce qui nous exaspère). Bon, il faut le dire, il y a encore énormément de ratés ! Mais on y travaille.

Enfin c’est la suite qui est plus parlante… Je crois que si Dieu me parle surtout au travers des enfants c’est parce que je sais que ce que nous vivons et entendons les premières années de nos vies influence notre avenir.

Ces derniers temps je me suis surprise à être plus à l’écoute de mots qui peuvent être dit à des enfants que je connais et cela m’a particulièrement attristé (pourtant je ne fais pas toujours mieux). J’ai déjà entendu des histoires où des enfants qui ont entendu des phrases du style « Tu es un bon à rien » finissent par le croire et le vivre. Des enfants à qui on dit « Tu es un pleurnicheur » finissent par ne plus savoir pleurer…

Je crois que Dieu voulait me montrer que cela l’attriste aussi. Les mots ont un poids, les mots ont un impact, les mots peuvent lier, les mots peuvent blesser, les mots peuvent détruire… Sans que cela puisse paraître.

Je parlais dernièrement avec des amis de cette notion qui me touche en ce moment et je me suis pris en exemple, c’est sorti tout seul et en même temps que le dire c’était comme une révélation pour moi-même, je crois que mon Papa voulait régler quelque chose dans ma vie ! Lorsque j’étais toute jeune ado, d’un point de vue « terrestre », il est possible (mais je ne suis plus sûre) que je n’étais pas très mature pour mon âge. Ce n’est pas que je l’entendais souvent mais cela est sans doute arrivé et je me souviens particulièrement d’une histoire qu’on m’a rapportée où des adultes parlaient de moi en mon absence en disant que je n’étais pas mature. Sur le coup, je me souviens que cela m’avait blessé mais surtout, je l’ai cru. Et j’ai alors réalisé que depuis, il n’y a pas une année où je ne me suis pas dit « je ne suis pas mature pour mon âge ». Ca ne paraissait pas pesant au quotidien, je ne faisais pas une fixation dessus mais c’est comme si j’avais accepté l’idée que j’étais moins mature que les autres personnes de mon âge et cela produisait un sentiment d’infériorité. C’est ainsi qu’à 31 ans je pouvais malheureusement me dire « Je ne suis vraiment pas mature pour mon âge »… Je suis convaincue que ce mensonge a eu un impact considérable dans ma vie et la perception que j’avais de moi-même. Une parole prononcée sur moi a produit la mort (la mort d’une image positive et l’oubli que la maturité ne se force pas).

Cela fait plusieurs semaines que je prends plaisir le soir en couchant mon grand garçon, à lui délivrer des paroles de vie. Je lui en dit aussi la journée mais le soir j’ai envie de faire le point sur la journée, régler quelques différents (et libérer des pardons… le pardon, un autre sujet à aborder), expliquer quelques emportements et libérer des mots qui font du bien. En plus des « je t’aime » je lui dit des choses comme le fait qu’il est précieux, que je suis heureuse de l’avoir comme mon fils et puis je lui dit aussi comment je le vois (positivement bien sûr). Je ne le fais pas comme un rituel mais naturellement, dans une dimension d’amour et dans une conviction que spirituellement des choses se passent. Je fais la même chose avec mon bébé de 10 mois, je lui dit comme il est beau, qu’il a de la valeur, que je suis heureuse de l’avoir dans ma vie, etc (à replacer dans le contexte de l’actuelle trisomie 21 c’est sans doute encore plus parlant). Des paroles de vie et d’amour, libérées tout naturellement. Je crois que dans ces instants là, je vois le cœur et le regard de mon Père céleste sur eux.

Et les adultes alors ?…

Autant cela est simple avec mes enfants (et même ceux des autres) ou mon mari, autant cela n’est pas toujours évident avec tout le monde. Je vais vous avouer une chose, ma chair peut avoir la critique facile et voir les choses qui ne vont pas chez les autres plutôt que les bonnes. Il nous est arrivé avec Fabien, alors que nous disions des paroles plutôt négatives à l’encontre de quelqu’un (en son absence), de se sentir arrêtés et poussés à prier pour la personne, à la bénir et libérer des paroles de vie. Je crois que les sentiments premiers qui me viennent lorsque nous faisons cela est un bien être et une joie. J’aspire à ce que cela devienne une hygiène spirituelle de vie, complètement naturelle !

Et puis j’ai envie de vous donner le témoignage de quelque chose qui est arrivé très récemment. Nous avions prévu de rencontrer durant nos vacances, une jeune femme avec qui je parlais depuis 3 ans via un réseau social. J’avais vraiment le sentiment que nous allions la bénir mais je ne savais pas comment. Elle ne connait pas Christ et sa vie n’est pas des plus évidentes. Deux nuits avant cette rencontre, j’avais du mal à dormir et je me mets à penser à elle et il me vient en tête de lui acheter un bijou. Des mots en lien avec ce bijou me viennent également, le fait qu’elle a de la valeur, qu’elle est précieuse, etc. Je n’étais pas sûre à 100% d’être pleinement inspirée mais j’obéis à ce qu’il me semble avoir reçu. J’achète un beau collier en or (parce que le but c’était qu’elle sente qu’elle mérite d’avoir un cadeau de valeur) et j’achète une carte où j’écris ce qui me vient, des paroles de vie, d’espérance. Quelques instants avant de lui donner je me sens un peu hésitante (« Ai-je bien reçu ? » « Elle va me trouver folle », etc.) mais je me lance. Je lui explique et je me sens poussée à lui dire ce que Dieu a déposé sur mon cœur pour elle. Et alors que les mots sortaient, je sentais tout l’amour de Dieu pour elle et la façon dont lui la voyait. Elle était très émue et moi aussi d’ailleurs ! Lorsqu’elle a ouvert la boite et vu le bijou elle était complètement chamboulée. Elle s’est empressée de le mettre à son cou et m’a dit « On ne me fait jamais de cadeaux ». Nous avons prié pour elle avec Fabien et nous avons eu des paroles de connaissance sur la façon dont elle se voit mais de comment Dieu la voit. Elle semblait être comme sur un nuage, dans une « autre dimension ». Je crois qu’elle ne s’attendait tout simplement pas à recevoir autant d’amour et de chaleur. Le lendemain matin avec Fabien, nous étions déçus de réaliser que nous avions oublié de prier pour sa santé et son sommeil (elle dort peu et mal). J’ai reçu un message de sa part dans la matinée comme quoi elle avait bien dormi. Quelques jours plus tard, un message comme quoi elle dormait mieux depuis notre rencontre mais aussi que nos mots lui font toujours autant de bien. Je suis certaine que les paroles positives sur sa personne ont eu un impact qui lui apporte un repos, un réconfort et un bien être qu’elle ne trouvait pas.

Nous avons tellement besoin de voir ceux qui nous entourent, ceux que nous croisons selon Son regard. De ne pas mettre le doigt sur ce qui semble sombre et négatif mais de toucher du doigt ce que Dieu voit de bon et qu’il utilisera pour créer une brèche et y faire entrer plus grandement Sa lumière et que les paroles de vie libérées deviennent réalité.

Des paroles qui transmettent la Vie, je suis convaincue que c’est une arme à utiliser sans modération pour changer le monde !

6 réponses sur “Des paroles de vie… ça vous dit ?”

  1. Nickel rien à redire. Que nos paroles déclarent l’amour et la gloire de Jésus dans la vie de ceux qui nous entourent.
    Tu es merveilleuse, Claire 🙂

    1. Merci Karel ! 🙂
      J’en profite pour te dire que tu es une personne qui a toujours su voir du bon chez l’autre, tu as toujours une parole d’encouragement à donner. Continue d’être béni et de bénir, tu es précieux dans le Corps !

  2. Bonjour Claire,

    Concernant le poids des mots, on peut aussi évoquer la manière dont beaucoup de chrétiens se perçoivent. Lorsqu’on écoute les prières (en tout cas dans les églises que je fréquente), les gens se proclament souvent « pécheurs », et s’accablent de tous les maux.

    A première vue cette attitude, héritée du courant puritain, peut paraitre très chrétienne. N’est-ce pas de l’humilité ? Pourtant il me semble qu’elle n’en a que l’apparence. En examinant les Ecritures, on voit au contraire que les chrétiens sont qualifiés de « saints », et ce n’est pas pour rien.

    Notre attitude dépend grandement de notre vision. Se voir comme pécheur et fixer nos yeux sur nos péchés, est la meilleur façon de continuer à pécher. Au contraire, c’est en regardant comme Dieu nous voit (saint) que nous pourrons réellement marcher dans la sainteté.

    Bonne journée,

    1. Bonjour David,
      Entièrement d’accord, nous manquons encore d’une juste vision de nous même. Je dirai d’ailleurs que la notion d’être fils et fille du royaume me parle tout particulièrement et la sainteté fait partie de cette identité. Qui sait, peut être un prochain article en parlera t-il !

  3. Coucou Claire
    Merci de tout coeur pour ces paroles de vie. Oh combien tu vois et entends juste!. Combien de fois, à notre insu ou plutôt dans notre comportement inconscient et inconsidéré, avons- nous été des porteurs de « paroles de mort »!. Que le Seigneur nous fasse grâce et que nous soyons dorénavant des personnes qui exhortons et encourageons manifestant l’amour de Christ.
    Bisous affectueux que tu partages avec tout ta petite famille.
    Alain et Martine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.