Et l’Eglise concrètement ?… (2eme épisode)

L'Eglise concrètement 2J’avais écrit un billet sur le sujet il y a plus d’un an maintenant (ici) et j’aimerai faire part de quelques réflexions supplémentaires sur l’Eglise, principalement au travers du « Corps qui se rassemble » mais pas uniquement.

Nous sommes bien d’accord que l’Eglise est composée de chaque membre du corps de Christ, qu’il soit réuni ou pas physiquement. L’Eglise n’est donc pas que le rassemblement des croyants et encore moins un bâtiment !

Très honnêtement, nous continuons de « tatonner » dans cette aventure de découvrir comment vivre l’Eglise ensemble et nous apprenons encore, sur nous même, sur notre perception et notre façon de vivre nos rencontres…

Fabien abordera dans des prochains billets certaines dimensions plus précises de l’action de l’Eglise sur cette terre.

 

1. La mission première de l’Eglise

En début d’année nous avons eu à cœur de créer un espace de rencontre pour les personnes qui comme nous, ne sont plus rattachées à une communauté chrétienne «traditionnelle». Comme nous l’avions expliqué précédemment, nous nous rencontrions les uns ou les autres mais de manière très occasionnelle. Nous avons aussi constaté que beaucoup restent isolés car ils ne connaissent pas ceux qui, comme eux, veulent vivre différemment la communion fraternelle.

Nous avons d’abord senti de le vivre sous forme de week-ends fraternels mais les rencontres étant encore trop espacées nous avons senti que Dieu nous appelait à ouvrir notre maison plus fréquemment.

Nous en sommes là : nous ne voulons pas créer un « groupe », ni une église (dans le sens traditionnel du terme), il n’y a toujours pas de jours ni de régularité fixes mais nous aspirons à ce qu’un espace soit disponible pour vivre la communion fraternelle en plus grand nombre. Et nous ne doutons pas que d’autres suivront le même chemin et ouvriront également leurs maisons dans cette dimension (je parle de ceux du « réseau » que nous fréquentons dans la région, bien sûr que cela se fait déjà, même sur notre département).

Lorsque nous avons fixé un temps de rencontre à la maison dernièrement, nous avons prié la veille avec Fabien pour connaître le cœur du Père sur le but de ces temps ensemble, nous voulions aller dans Sa direction et avoir le bon focus. Ce qui va suivre va paraître très logique mais pour nous c’était une révélation et aussi un grand soulagement. Nous le savions mais cela s’est inscrit dans nos cœurs : le but premier de l’Eglise, c’est de servir Dieu.

Le fait de « servir Dieu » a parfois une connotation négative chez certains. Surtout ceux qui comme nous ont été très engagés dans différents services dans le passé, avec plus ou moins de convictions, mais beaucoup de temps occupé, beaucoup de fatigue engendrée et avec le recul de réaliser d’avoir surtout servi les frères et soeurs (régulièrement mécontents ou exigeants), de servir un «bâtiment », une « église » (et non l’Eglise) ou même de se servir soi-même.

En tout cas Sa direction est venue très simplement et rapidement. Tout d’abord Il nous demandait de rechercher les choses d’en haut là où Christ est assis à Sa droite. Fabien a alors pensé à ce qu’il est écrit de la Nouvelle Jérusalem dans Apocalypse 22:3 Et il n’y aura plus de malédiction ; et le trône de Dieu et de l’Agneau sera en elle ; et ses serviteurs le serviront

Quand on y pense, dans l’Ancien Testament, le temple servait Dieu et le travail dans le temple n’était d’ailleurs pas des plus agréables pour les sacrificateurs : sacrifier les animaux, nettoyer le sang, etc.

Aujourd’hui nous sommes Son temple et nous sommes appelés à faire comme Jésus le faisait aussi : Servir Son Père. Il faisait Sa volonté tout simplement, c’est cela Le servir. Et Jésus était considéré comme le serviteur « modèle ».

La mission première de l’Eglise n’est pas de rester tournée vers elle-même mais c’est avant tout de faire la volonté du Père.

Dans nos mentalités, bien souvent encore, nous pouvons venir à des rencontres avec l’envie de se « faire du bien ». Alors bien sûr, nous disons tous que premièrement nous venons pour Lui mais se cachent aussi d’autres motivations plus ou moins cachées comme : passer un bon temps de louange, écouter un enseignement qui va nous édifier ou juste vivre un moment agréable ensemble. Nous avons encore bien souvent nos regards fixés sur nous, nos besoins, nos désirs, nos conceptions.

Nous ne devons pas rechercher en premier la volonté de Dieu pour nous même ou les autres, mais Sa Volonté pour Le servir. Nous ne servons pas les hommes, nous servons Dieu. Le temple de l’Ancien Testament était là pour satisfaire l’Eternel, non les hommes.

La Nouvelle Jérusalem est placée sur la plus haute montagne, la montagne de Sion, la position la plus haute de révélation, de lumière, d’intelligence. Sa mission est d’attirer les nations, de révéler la lumière, d’abattre tout ce qui pourrait voiler cette lumière (Esaïe 25). Rien à voir avec le fait de se faire plaisir, de se faire du bien ou de s’attendre à des choses pour soi. L’Église doit prendre de la hauteur… Là où Elle est réellement. Elle doit arrêter lorsqu’elle est en dimension corporative de regarder à la qualité de tel ou tel fonctionnement et à servir l’homme… mais recevoir les voies d’en haut, la volonté d’en haut, les stratèges d’en haut, le coeur du Père pour la ville, la région, la nation…

Je dis plus haut que cette révélation est pour nous un soulagement. En effet, nous ne nous considérons pas comme LES responsables (là encore dans le sens traditionnel du terme) de ces rencontres mais en tant qu’initiateurs nous nous sommes rendus compte que ce n’est pas si simple que ça !

Chacun en est à un stade différent sur son chemin avec Christ et dans la dimension corporative. Certains veulent de la louange musicale, d’autres y sont encore réfractaires, certains veulent des enseignements solides, d’autres en sont au commencement de la vie chrétienne, certains viennent avec de grandes blessures, d’autres viennent avec différentes compréhensions ou aspirations que les autres… Bref, la liste n’est pas exhaustive et longue ! Mais des questions peuvent alors vite venir lorsqu’on initie et participe à ces rassemblements : comment contenter tout le monde, comment faire en sorte que celui qui est tout nouveau en Christ suive, doit-on attendre celui qui n’arrive pas à louer ?, etc.

Ces questions s’effacent tout simplement lorsque le focus est rétabli : Nous sommes Tous là pour Le servir.

Nous avions tendance avec Fabien à attendre les autres… Attendre que tous ceux que nous connaissions soient prêts à se rassembler à nouveau, attendre au sein des rencontres que les gens soient prêts à être enseignés, ou autre… Et puis nous avons compris qu’il nous fallait d’abord obéir à Sa volonté, quelques soient les personnes qui participent ou pas, quelques soient les personnes qui sont prêtes à vivre telle expression du Corps, etc. Le but n’est pas d’être dans l’extrême de ne pas se préoccuper de l’autre. Bien sûr que prendre soin les uns des autres, nous édifier, nous encourager, nous bénir et prendre plaisir à être ensemble fait partie de la vie de l’Eglise. Mais ça ne doit pas être un objectif en soi, c’est simplement ce qui découle de nos regards qui sont fixés sur Lui et Sa volonté.

Continuons, individuellement et corporativement de courir vers le but. Si certains sont en mode « attente » ou « marche lente », ce n’est pas un problème, cela ne les empêche pas d’être aussi en chemin. Que les bons fruits qui découlent de la volonté du Père qui s’accomplit puissent donner envie aux autres de courir aussi afin de voir l’Eglise manifester qui Elle est de plus en plus concrètement.

 

2 – L’Eglise est en cours d’être bâtie

D’un point de vue spirituel, l’Eglise est réelle, la Nouvelle Jérusalem est une réalité… Mais elle n’est pas pleinement manifestée ! De même que nous sommes fils et filles du Royaume mais que nous ne nous sommes pas encore pleinement saisis de notre héritage, il en est de même pour l’Eglise. C’est notre appel de manifester Christ sur cette terre de manière complète mais cela se construit, petit à petit. Pourtant la réalité est en Christ, il est pleinement en nous, nous sommes pleinement en Lui, c’est fait !

L’Eglise est aussi en cours de construction même si Elle est déjà l’Epouse, il faut simplement que L’œuvre en nous continue afin qu’Elle soit rendue sans tâches ni rides aux yeux du monde et que la réalité céleste soit manifestée sur cette terre.

De manière individuelle, pour nos propres vies, nous ne pouvons pas dire : « Stop, je m’arrête là, je ne fais plus rien tant que Christ n’est pas pleinement manifesté au travers de moi ». Pour apprendre à ce que ce soit toujours plus de Christ et moins de nous, il nous faut continuer d’avancer, avec sans aucun doute des erreurs, des échecs mais aussi (et surtout, soyons positifs !) des victoires, de plus en plus nombreuses et les réflexes charnels qui perdent du terrain. Nous ne pouvons pas avoir sans cesse peur du passé, de reproduire des choses que nous détestons aujourd’hui mais il faut s’abandonner en Lui avec la confiance qu’Il agira et que, nos cœurs tournés vers Lui, avec le désir de faire Sa volonté, Il va nous y conduire.

Mais c’est un chemin !

Il en est de même pour l’Eglise. Nous ne pouvons pas manifester l’Eglise parfaite du jour au lendemain.

J’aimerai insister plus sur la dimension corporative.

C’est parfois difficile, lorsque nos yeux se sont ouverts sur des traditions, des manières de faire systématiques ou qui nous renvoient au passé, d’en faire abstraction. Il est important de se souvenir que tout n’était pas négatif ou faux dans le passé. Un exemple : louer en musique, est-ce mauvais ? Bien sûr que non, c’est même biblique. Alors oui, la forme que beaucoup d’entre nous ont vécue n’était pas parfaite, mais il nous faut justement apprendre à vivre cette dimension selon le cœur du Père. Pour cela, c’est difficile d’apprendre en fermant sa bouche et en ne se mettant pas en action…

J’ai plusieurs images qui me viennent pour décrire un peu cette partie. En voici une :

Je viens d’acquérir une maison, qui existe depuis longtemps… Tout d’abord elle n’est pas complètement terminée. Et puis au fur et à mesure, les propriétaires se succédant, elle a subit quelques dommages, imperfections. La décoration n’est plus tellement d’actualité… Mais je l’ai acheté parce que je sais que j’ai l’image de ce que cette maison sera dans l’avenir après quelques travaux, décoration, etc. Par contre si je rentre dans cette maison mais que je ne bouge pas, que j’attends, sans entreprendre les travaux ou sans engager personne pour la rénover, elle ne risque pas de s’embellir et de devenir ma parfaite maison…

Il en est de même pour l’Eglise. Elle n’était pas encore parfaite à l’époque des premiers chrétiens, disons que sur cette terre, dans sa manifestation, elle n’était pas encore achevée. Mais en plus, au fur et à mesure des siècles, ceux qui la composaient ont compris les choses de travers, se sont laissés influencer et des doctrines et traditions se sont ajoutées (=dommages, imperfections). Dans nos cœurs nous savons que Jésus reviendra trouver une Eglise parfaite, sans rides, sans tâches. Mais Il attend de nous que nous soyons participants (c’est tout à fait logique puisque nous en faisons partie).

Alors certes, c’est tout à fait possible de venir, bien plus tard, lorsque tout sera presque achevé et que la forme correspondra alors plus à ce que nous avions perçu. Mais n’est-ce pas excitant de pouvoir être de ceux qui comprennent et expriment le cœur de Dieu au travers de l’Eglise ? Etre de ceux qui détapissent, qui ôtent et corrigent les dommages, qui (re)décorent ?… C’est plein de défis, de manière personnelle et corporative.

Lors de notre dernière rencontre à la maison, une personne qui venait pour la première fois, avec un arrière plan traditionnel évangélique nous a dit « C’est vrai qu’il y a certaines choses dans la forme qui me rappellent le passé mais je sens que le cœur est différent ».

Voilà ce qui est important : le cœur ! Ne plus vouloir des « mauvaises » choses du passé (et là je ré-insiste, tout n’était pas mauvais et sais-t-on dès aujourd’hui discerner tout ce qui était juste ou pas ?). Ne pas vouloir s’installer dans des traditions, des habitudes. Ne plus vouloir fonctionner sous le schéma pyramidal mais cubique (tous égaux). Etre là pour manifester Christ et le voir se manifester au travers de nos frères et sœurs. Et bien sûr le but premier : Servir Notre Père !

Je voudrais toutefois apporter une petite nuance. Il est possible de passer par ce que nous pourrions appeler la phase de « désintoxication » parce que d’avoir ouvert les yeux sur tous les enseignements faussés, les traditions, les formes qui ne sont pas de Lui a pu produire un « choc », une allergie… Cette phase peut durer plus ou moins longtemps chez les uns ou les autres. Elle peut être nécessaire. Mais elle n’est pas faite pour durer ! Sachons simplement discerner si nous sommes encore en désintoxication ou si nous ne vivons plus certaines dimensions (louange (quelle que soit la forme), prière, enseignement, etc. et même le rassemblement) car nous sommes de ceux qui attendent sans rien faire que la maison s’embellisse.

 

J’aimerai terminer ce billet en vous demandant : à quoi ressemblera l’Eglise selon le cœur de Dieu lorsqu’elle sera sans tâches ni rides ? Qui le sait ? Qui arrive à la visualiser ainsi ? Qui peut dire « Moi je sais quelle forme exacte, quelle expression exacte elle aura ? ». Nous ne connaissons pas toutes les étapes du chemin qui nous y mène. Soyons donc vigilants de ne pas prétendre savoir ou même de déjà La vivre pleinement ou de juger trop vite la façon dont l’autre La vit. Nous pouvons avoir ouvert les yeux sur des réalités, sur des désirs du cœur de Dieu pour Son Eglise mais personne ne sait encore parfaitement à quoi elle ressemblera vraiment.

Mais ce qui est certain c’est qu’Elle est glorieuse et que d’en faire partie est une grâce incroyable !

Ce contenu a été publié dans Nouvelle Jérusalem, Réforme, Témoignage par Claire, et marqué avec , , , , , , , , , , . Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos Claire

Avec un couple pastoral pour parents je suis tombée dans « la marmite » quand je suis née. Une grâce incroyable pour moi, entourée de parents zélés et amoureux de Dieu. Je n’ai jamais douté de Son existence et j’ai toujours su que Christ voulait conduire ma vie et que c’était le chemin le meilleur à emprunter. J’ai grandi dans une communauté chrétienne où j’ai énormément découvert sur Lui et avec Lui. Et puis un beau jour de l’année 2009 mes yeux ont commencé à s’ouvrir sur un nouveau chemin que Christ voulait me faire emprunter. Je me sens parfois à contre courant mais reconnaissante de ce que je découvre et vis depuis ! Telle une brebis qui gambade dans les verts pâturages !

12 réflexions au sujet de « Et l’Eglise concrètement ?… (2eme épisode) »

  1. Merci Claire.Ta lettre a touché mon cœur ,Le servir c est l aimer . Se recentrer sur le but de servir Dieu c est dépendre de Lui et s’ouvrir à la manifestation du royaume .

  2. Comme d’hab, on voit que ç’est maturé.
    Le servir c’est LE voir et LE rejoindre dans SON action avec l’amour véritable pour moteur.
    Christ est le même hier aujourd’hui et éternellement. Son corps, dans le coeur du Père, est aussi le même hier, aujourd’hui et éternellement mais il ne l’est pas quant à sa manifestation concrète sur terre, ça laisse des perspectives intéressantes 😉
    Bien aimé la parabole de la maison, super clair. Super Claire

  3. Ayoye Claire !!!

    Hier, j’ai questionné le Seigneur et mes frères et soeurs sur Facebook concernant les instructions de Paul sur la manière d’être l’Église selon le coeur du Père et Il m’a conduit vers vous…je pleure de joie à savoir qu’Il entend notre cri de le servir Lui de tout notre être et qu’en tant que filles et fils nous puissions le refléter pleinement corporellement.

    Soyez bénis,
    Lyne, une soeur en Christ réjouie 🙂

  4. Super vos partages, billets, témoignages, réflexions diverses… Cela encourage, défie… On est en route comme vous pour vivre l’Eglise dans le corporatif. Soyez encouragés et bénis. Bisous à vous 5.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.