Et l’Eglise, concrètement ?…

Depuis que nous avons quitté la communauté religieuse dans laquelle nous étions, nous avons eu parfois quelques questions sur notre façon de vivre la vie d’église aujourd’hui :

– Alors vous allez dans l’église « untel » ? : « heu non… »

 

– Vous avez un groupe de maison ? : « heu non… »

– Vous créez votre propre « église » ? » : « heu non… »

-Mais vous êtes seuls ?? : « heu non… »

Mais alors qu’en est-il ?

Je ne vais pas vous expliquer la manière dont nous vivons la vie d’église aujourd’hui en vous affirmant que c’est ainsi qu’il faut faire, que ce que nous vivons est parfait et que nous la vivrons toujours ainsi. Mais je me dis que peut être cela pourra parler à certains qui se reconnaîtront pourra encourager certains qui sentent qu’il y a autre chose à vivre mais qui ont du mal à visualiser comment cela pourrait être et puis aussi à rassurer ceux pour qui il est impensable ou dangereux de vivre hors d’une structure établie ou des formats types rencontrés jusque là. Nous avons quitté ce que beaucoup appellent « l’église » (sous entendu le bâtiment, lieu de rassemblement) mais nous n’avons pas quitté l’Eglise et nous vivons toujours et même plus ce qu’est l’église. Aujourd’hui je me contenterai d’évoquer la dimension « communion fraternelle » parce que bien sûr l’Eglise c’est plus que cela !

Lorsque nos yeux ont commencé à être ouverts sur ce qu’est l’Eglise et aussi ce qu’Elle n’est pas c’est comme si nous avions été placés sur un nouveau chemin… J’ai parfois l’impression d’être sur un chemin de montagne, plus on avance, plus on monte, plus nos yeux aperçoivent le panorama, les paysages et la grandeur de tout ce qui nous entoure. C’est ce qui nous arrive, nous avons commencé à emprunter un chemin sans trop savoir ce que nous allions y découvrir mais le peu que nous en voyions nous donnait l’eau à la bouche ! Dieu nous fait découvrir l’Eglise comme il la voit et comme il la désire mais nous sommes bien loin d’être arrivés au bout du chemin et d’avoir découvert l’immensité de ce tableau et bien loin encore de vivre tout ce que nous avons déjà aperçu. Nous ne sommes pas seuls à avoir emprunté ce chemin non plus. Mais je crois qu’il est aussi particulier dans la manière de l’arpenter selon notre vécu, là où nous en sommes et là où Il veut nous amener. Les étapes sont différentes mais la finalité sera la même ! Et c’est important de le préciser, marcher sur ce chemin n’est pas fatigant !

Au départ nous avons clairement eu besoin d’un temps de « désintoxication », de ne plus vivre les temps de rencontre selon les habitudes et traditions. Cela ne veut pas dire que tout était mauvais avant ! Mais pour ne pas retomber dans les choses anciennes et entrer dans les nouvelles il nous fallait un temps de pause. Nous avons eu la joie de vivre cette période avec un couple d’amis qui est entré sur ce nouveau chemin en même temps que nous. C’était plutôt simple de partager avec eux, ce sont des amis et c’est toujours plus facile de passer du temps avec des personnes que l’on apprécie et avec qui on se sent sur la « même longueur d’ondes » ! Nos échanges se faisaient surtout autour de repas, nous parlions, nous partagions … Et puis notre relation a gagné en profondeur, en confiance. On découvrait la joie de partager entre frères et sœurs. On priait ensemble, les uns pour les autres. Parfois aussi nous prenions des temps dans la louange et l’adoration par la musique et le chant. Pas de partitions, on chantait ce que l’Esprit nous inspirait. Nous avons beaucoup apprit et vécu tous les quatre.

Puis nous avons commencé à vivre des temps fraternels avec d’autres personnes. Certains étaient comme nous sortis de la communauté protestante, pour des pensées parfois un peu similaires parfois pour d’autres raisons. Ces temps se vivaient essentiellement autour de repas. Il faut le dire lors de cette première année nous avons bien mangé !! Mais ce que l’on partageait autour du repas nous nourrissait aussi. Entendre ce que l’autre vit, raconter ce que l’on a compris… C’est une autre nourriture !

A la fin de cette première année même si nous pouvions être frustrés de ne pas vivre plus nous avions déjà cette sensation d’avoir vécu plus que les dernières années réunies.

Depuis ces derniers mois, notre vie d’église a pris de l’ampleur, de la profondeur et devient plus concrète encore. Il n’y a pas de groupe défini, ni de lieu défini. Parfois les rencontres se font à 4, parfois à 5, 7, 6, 8… les personnes ne sont pas toujours les mêmes. Lorsque nous avons envie d’inviter quelqu’un pour partager, nous le faisons et à l’inverse nous sommes également invités chez les uns et les autres… Et nous découvrons aussi avec plaisir la joie de s’auto inviter chez l’autre !! Et vous savez quoi ? Il arrive aussi que nous ne soyons pas invités ! Et cela ne pose aucun problème !! C’est tout simplement chouette de voir comment Dieu crée les connexions, les relations. On se laisse conduire et inspirer !

Les relations justement, parlons-en ! C’est vrai qu’au départ nous étions plutôt en relation avec des personnes avec qui nous avions des affinités mais franchement, si l’Eglise c’est cela c’est peut être un peu simple non ? Et bien dans ce nouveau chemin nous avons appris à découvrir des personnes avec qui nous pensions n’avoir aucune affinité. Lorsque nous nous croisions dans la communauté dont nous faisions partie, ça « n’accrochait pas » ou bien nous avions une image faussée de ces personnes. Nous n’avions en fait pas vraiment le temps d’apprendre à nous connaitre. Quel plaisir de prendre plaisir à partager ensemble aujourd’hui ! Il y a aussi des personnes dont certains traits de caractère nous agaçaient et aujourd’hui malgré que ces traits là persistent, nous passons au-dessus tout simplement… Après tout Christ est autant en travail chez nous que chez les autres !

Dans les derniers mois nous avons été amenés à inviter deux orateurs à quelques mois d’intervalle. Ce serait trop long de raconter en détail comment Dieu a conduit les circonstances. Ça me fait penser à l’église qui se rassemblait lorsque l’apôtre Paul passait dans une ville. Pour ces occasions nous étions une quarantaine à nous retrouver pour écouter des enseignements, manger et partager ensemble.

Nous commençons aussi à revivre non seulement des temps de partage autour de repas mais aussi dans la prière, la louange.

Pour résumer en quelques mots, voilà comment nous vivons aujourd’hui la communion fraternelle : Nous ne sommes pas membres d’une association religieuse, nous ne fréquentons pas un lieu de culte chaque dimanche, ni de groupe de maison chaque semaine. Mais nous vivons de manière simple et concrète la relation entre frères et sœurs avec la dimension du mélange des générations. Nous partageons et louons Christ ensemble, nous apprenons à nous connaitre, nous prions les uns pour les autres, nous nous encourageons, nous nous servons les uns les autres !

Nous savons qu’il y a encore plus à vivre et nous avons hâte de le découvrir !

 

 

Ce contenu a été publié dans Réforme, Témoignage par Claire, et marqué avec , , , , , , , , . Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos Claire

Avec un couple pastoral pour parents je suis tombée dans « la marmite » quand je suis née. Une grâce incroyable pour moi, entourée de parents zélés et amoureux de Dieu. Je n’ai jamais douté de Son existence et j’ai toujours su que Christ voulait conduire ma vie et que c’était le chemin le meilleur à emprunter. J’ai grandi dans une communauté chrétienne où j’ai énormément découvert sur Lui et avec Lui. Et puis un beau jour de l’année 2009 mes yeux ont commencé à s’ouvrir sur un nouveau chemin que Christ voulait me faire emprunter. Je me sens parfois à contre courant mais reconnaissante de ce que je découvre et vis depuis ! Telle une brebis qui gambade dans les verts pâturages !

8 réflexions au sujet de « Et l’Eglise, concrètement ?… »

  1. C’est bon de voir comment Il s’y prend pour nous attirer à Lui : nous détacher du visible incohérent et fade pour entrer dans une vie d’abondance : c’est l’Appel d’Abram, le Père des croyants.[http://abraham.over-blog.org/article-31183097.html]

     » Quitte ton pays…
    Quitte ta parenté…
    Quitte la Maison de ton père !
    Et va dans le pays que Je te montrerai ! « 

  2. Bonjour,
    J’ai lu bcp de vos articles et je m’en réjouis, ils me donnent de l’espérance.
    Depuis plusieurs années je vis un combat de mort contre la vie et la lutte est rude. Parfois, je désespère d’en sortir. Je marche dans la vallée de l’angoisse et de la mort et je cherche la sortie. Je sais et je crois que Jésus est mon salut, la porte de sortie, ma paix et ma joie.
    Pourtant, le passage est bloqué.
    Qu’est ce qui ne va pas chez moi ?
    Pouvez vous m’aider ?
    Michèle

    • Bonsoir Michèle, je vous remercie pour votre retour.

      Je comprend votre découragement. Je vous propose déjà de bannir ce genre de question « Qu’est ce qui ne va pas chez moi ? ».
      On est tous ensemble sur un chemin où nous sommes invités à regarder aux solutions plutôt qu’être à la recherche constante de l’origine des problèmes ! Lorsque les disciples interrogeaient Jésus sur les raisons d’une infirmité, Jésus n’y répondait pas en discernant l’origine de tel ou tel péché, mais plutôt en révélant l’opportunité pour Dieu de se glorifier !

      « Jésus répondit: Ce n’est pas que celui-ci ou ses parents aient péché; mais c’est afin que les oeuvres de Dieu soient manifestées en lui » Jean 9:1-3

      Je ne connais pas l’étendue de vos épreuves, donc ne pensez pas que je cherche à les « réduire ». Je vous invite à vous immerger dans la vérité de l’Evangile. La bonne nouvelle qui proclame votre perfection en Christ, sans rien en vous qui « repousse » Dieu. Vous êtes sa bien aimée en qui Il trouve son délice et sa réjouissance. Vous êtes une nouvelle création en Lui, où toutes choses sont devenues nouvelles ! Ne doutez pas de la validité de votre salut, car vous avez été choisie en Lui avant même la fondation du monde afin d’être pure et sans reproches dans sa présence (Ephésiens 1:4)! Votre relation avec Lui ne dépend pas de la capacité de votre volonté ! Reposez vous dans son amour et ses désirs envers vous ! (« Je suis à mon bien aimé, et ses désirs se portent vers moi », Cantiques des Cantiques 7:10). Rentrez dans son repos, celui de sa pleine satisfaction de son oeuvre parfaite envers vous.

      Nous pouvons échanger par mail si vous préférez.

      Bien à vous

  3. Super témoignage, cela résume très bien la vie à laquelle le Seigneur m’appelle. Récemment il m’a ouvert les yeux, mon voile est tombé et j’me sens comme libérée de l’emprise de « l’église » locale, sachant que j’ai grandie dedans. J’aime les croyants, mais je n’adhère plus au système, à la hiérarchie qui entraîne je le crois pas mal d’orgueil, je ne veux plus avoir d’étiquette mais être libre d’être qui je suis en Christ! Bon, pour le moment c’est tout nouveau et j’me sens un peu « seule » et mal comprise mais mes moments passés avec le Seigneur sont tellement riches que finalement, je n’suis pas si seule! Heureusement que j’ai UNE amie qui a compris elle aussi la même chose. Je me réjouis de lire des témoignages comme celui-ci, celui de P. Fontaine et bien d’autres. Loué soit notre Dieu et Sauveur!

  4. J’adhère profondément
    J’aime comment l’Esprit oeuvre…
    Il parle conduit…et pendant que nous sommes en ravissement…il détruire les fausse fondations…et gloire à Dieu..on apprend à poser nos pieds reposé sur la vrai…Christ
    Soyez bénis et au plaisir de partager un jour autour de un bon repas 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *