Interpréter les circonstances ?

Lorsque nous enchaînons des difficultés ou que nous passons par une épreuve particulièrement difficile, nous pouvons rapidement interroger le sens de celle(s)-ci. Sont-elles voulues ou permises par Dieu pour nous discipliner ? Ou afin de nous signaler un domaine « défectueux » dans nos vies ?

Et si jamais nous nous interrogions sur qui est à l’origine de ces tentations ou épreuves, il est déjà possible de répondre sans hésitation que Dieu n’en est jamais à l’origine (Jc 1:13, Jc 1:17, 1 Jn 1:5) ! Cependant, nos raisonnements les plus enfouis font parfois surgir un questionnement sur les « vraies » motivations de Dieu dans les crises profondes que nous pouvons expérimenter (2 Cor 10:5). Est-il vraiment de mon côté ? Est-il « déçu » de moi ? Retire-t-il sa faveur pour me prévenir de sa « colère » ?  Que dois-je corriger chez moi ? Il y a t-il un péché qu’il veut traiter dans ma vie ? Pourquoi ne m’aide-t-il pas plus ? Pourquoi semble-t-il silencieux dans ces moments là ? Pourquoi ai-je le sentiment d’être coupable de quelque chose ? etc. Et je suis sûr que vous pourriez rajouter vos propres questionnements !

Avec Claire (ma magnifique épouse, entre autres choses…), nous avons traversé des choses pas évidentes. A la naissance de Lévi, portant « pour l’instant » une trisomie 21, Dieu m’a appris une vérité toute simple mais terriblement efficace lorsque nous traversons des évènements éprouvants. Dieu nous a dotés d’UN SEUL et UNIQUE filtre pour interprêter toutes nos circonstances : Jésus Christ crucifié (1 Cor 2:2, Ga 3:1) ! L’expression la plus complète et sans doute possible de son Amour ! Lorsque nous nous demandons si Dieu est de notre côté, rappelons-nous que ce n’est plus notre vie qui peut faire fluctuer son Jugement sur nous (Rm 8:31-35) ! Réajustons le plus rapidement possible nos regards vers Christ, et Christ Crucifié et de nouveau nous verrons clair sur l’intention, la motivation, l’affection et le projet que notre Père serre en son Coeur nous concernant  (Eph 1:3-13) ! Ainsi ces faux raisonnements sont mis en lumière et ils deviennent captifs à la pensée de Christ et nous maturons dans Son Amour ! (2 Cor 10:5, 1 Cor 2:16)

Le cauchemar du péché ne peut plus jamais faire pencher la balance divine (Rm 5, Rm 8:3, 2 Cor 5:21…) ! Les circonstances ne sont JAMAIS un thermomètre qui révélerait l’intensité de Son Amour ! Au contraire, elles sont toujours l’opportunité pour nous d’ancrer notre coeur en une réalité plus « réelle » que les choses terrestres et temporaires (Héb 6:19-20) ! Les célestes, celles qui demeurent sur la pierre angulaire : Christ ! (2 Cor 4:17-18)

Tel il est, tels nous sommes aussi dans ce monde: c’est en cela que l’amour est parfait en nous, afin que nous ayons de l’assurance au jour du jugement (en grec « krisis » : crise).  La crainte n’est pas dans l’amour, mais l’amour parfait bannit la crainte; car la crainte suppose un châtiment, et celui qui craint n’est pas parfait dans l’amour. (1 Jean 4:17-18)

Une réflexion au sujet de « Interpréter les circonstances ? »

  1. AMEN! Merci beaucoup Fabien pour ce puissant encouragement! Pile à l’heure pour moi (et bien d’autres que je côtoie), et en plein dans le mille encore une fois ;)..
    Et oui, aucune logique « humaine », faux raisonnements, doutes etc…ne tiennent devant le sacrifice de la croix! Il n’y a rien à enlever ni à rajouter. C’est la preuve parfaite, de son Amour parfait! C’est l’INEBRANLABLE VERITE!
    Puissions-nous nous ancrer toujours plus dans cette glorieuse vérité, afin qu’elle puisse, toujours plus aussi, se manifester!
    Je vous embrasse et vous « serre dans mes bras » (à distance, puisque pour l’instant je dois me contenter de cela ;), en espérant qu’un jour, ce sera en vrai!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *