Livre des Juges et son enseignement prophétique pour l’Eglise actuelle.

On entend souvent parler du livre des Juges qui se conclut par ce verset  » En ces temps-là, il n’y avait pas de roi en Israël. Chacun faisait ce qu’il jugeait bon.  » (Juges 21:25) comme un reflet de la déchéance morale et spirituelle du monde. Mais en y regardant de plus près il s’agirait bien d’un livre nous servant d’exemple dans l’Eglise comme Paul nous l’enseigne dans 1 Cor 10:11 « Or toutes ces choses leur arrivèrent comme types, et elles ont été écrites pour nous servir d’avertissement, nous qui sommes parvenus aux derniers temps. »

 

1) Les leaders dans le livre des Juges…

Dans ce livre sont décrits les différents leaders qui ont conduit pendant un certain temps une victoire sur leurs ennemis. Débora contre les Cananéens, Gédéon contre les Madianites, Jephté contre les Ammonites, Samson contre les Philistins… Souvent ces Héros se corrompaient, et n’amenèrent pas les 12 tribus à une victoire stable et pérenne. Pourtant Dieu fut puissamment en action à travers ces hommes, mais le résultat final se résumait en cette phrase citée entre autre à la fin du livre des Juges « En ces temps-là, il n’y avait pas de roi en Israël. chacun faisait comme bon lui semblait ». C’est terrible comme bilan après tant d’irruptions divines pendant cette durée. Le pays de Canaan avait été conquis en partie avec Josué, cependant le désordre y régnait. Des chefs, des leaders se succédaient pour gérer ce pays promis mais au final le Peuple de Dieu ne vivait pas pleinement du pays promis. Prophétiquement ce livre des Juges peut nous instruire sur ce que traverse actuellement l’Eglise. En effet qui pourrait dire aujourd’hui que l’Eglise vit pleinement la plénitude de Christ ? Pourtant Elle possède cet héritage incroyable de la stature de Christ pour chacun. Mais de même que dans la période des Juges, des leaders se sont succédés, certains dans une puissance toute particulière de Dieu, d’autres non, aboutissant à plusieurs doctrines différentes, préférences musicales et oratoires différentes et donc à des dénominations différentes. Finalement « chacun fait ce qu’il juge bon« ….Toutes les églises confessent avoir un même Roi, et pourtant les faits démontrent que ce Roi n’a pas la place qui Lui revient. Sinon quel roi ayant son autorité respectée aurait un royaume aussi divisé que l’est l’Eglise aujourd’hui ? En réalité nous avons rejeté l’obéissance radicale au Roi de Paix, pour construire notre Royaume et notre Eglise et non pas Le laisser construire Son Eglise et son Royaume. Les différents leaders puissamment oints du Saint Esprit ont permis la découverte de vérités importantes concernant la personne de Christ, mais les hommes ont toujours repris le contrôle pour planter leur tente où la Gloire de Dieu se manifestait. (Mat 17:4)

Après la période des Juges la bible nous apprend que les Israélites finirent par demander un roi pour régner sur eux « comme les autres nations » (1Sm8:5). A travers cette demande c’est comme s’ils rejetaient directement la Royauté de Dieu Lui même. D’ailleurs Le Seigneur l’entendra de cette façon : « Le SEIGNEUR dit à Samuel : Ecoute le peuple en tout ce qu’il te dira ; ce n’est pas toi qu’ils rejettent, c’est moi qu’ils rejettent ; ils ne veulent plus que je sois roi sur eux. » (1Sm8:7).

Je n’insisterai pas sur le fait qu’à l’origine Dieu désirait être le Roi direct sur Israël. Par contre à travers la royauté de David, Dieu nous a montré prophétiquement ce qu’Il désire pour son Eglise. David était décrit comme « un homme selon le coeur de Dieu« (1Sm13:14) et avait reçu d’être à l’origine d’un règne éternel préfigurant celui du Christ. C’est donc intéressant d’observer les changements qu’a provoqué le Règne de David sur Israël. Le premier point concernait la conquête de Jérusalem qui était encore entre les mains des Yébousiens. Le deuxième point était l’union du peuple Israélite. Et enfin le troisième point était la victoire sur les nations qui entouraient Israël.

Le Pays Promis est entre autre un type de Christ et de la plénitude que nous avons en Lui. On a vu tout à l’heure que ce Pays promis n’était pas pleinement expérimenté par le peuple de Dieu. L’histoire du peuple Israélite nous révèle que leur division et leur leadership humain ne les conduisirent pas à une pleine conquête de Canaan.

 

2) Le seul Roi, la seule Jérusalem, le seul type de leader.

En 2Samuel5 :1-3 on apprend que c’est uniquement à partir de la 7ème année du règne de David, que le pays entier lui fut soumis. Ainsi Israël et Juda s’unissent en reconnaissant ensemble la royauté de David. Et c’est à partir de 2Samuel5 :6 qu’on lit que David décide de conquérir Jérusalem qui était toujours entre les mains des Yébousiens. Dans le même chapitre on voit clairement David avoir plus d’impact et de puissance dans sa propre nation et auprès des autres. (2Sm5 :10 « Et David allait toujours avançant et croissant ; et l’Éternel, le Dieu des armées, était avec lui. »)

2Sm5 :27 et 2Sm8 nous montrent entre autre la victoire de David contre les Philistins, les Moabites, les Syriens…Nous lisons du royaume d’Israël qu’il commençait à briller non plus seulement pour la conquête de Canaan mais également auprès des nations qui l’entouraient.

La pleine conquête et l’expérience du pays promis ont été permises à la seule condition de la victoire sur Jérusalem à travers un peuple uni sous un seul Chef. Sion, la Ville de tant de promesses dans la bible et la Royauté unanime de David sont étroitement liées.

Il en est de même aujourd’hui… Dieu nous instruit prophétiquement sur les voies qui conduiront l’Eglise à briller auprès des nations en vivant et en manifestant la plénitude de Christ. Le Père conduit en ce moment l’Eglise à retrouver réellement Christ comme la Tête, le Chef et le Roi. Il suscite une faim en son peuple de ne plus se satisfaire des hommes qui ont joué le rôle de l’unique Tête du Corps, c’est à dire Christ Lui même. La plénitude de Christ pour son Corps n’est pas un idéal inaccessible…mais une promesse de Dieu Lui même pour son Eglise :

Eph 4 : 11-13 « C’est aussi lui qui a établi les uns apôtres, les autres prophètes, les autres évangélistes, et les autres pasteurs et docteurs ; Pour le perfectionnement des saints, pour l’oeuvre du service, pour l’édification du corps de Christ ; Jusqu’à ce que nous soyons tous parvenus à l’unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu, à l’état d’homme fait, à la mesure de la stature parfaite de Christ »

Et nous arrivons dans ces temps où « l’unité de la Foi et de la connaissance du Fils de Dieu » se déroulera à travers la restauration de l’autorité de Christ dans son Eglise. Le leadership n’impliquera plus une suite de choix et de décisions pour construire et sauvegarder une institution, une dénomination ou un ministère. L’énergie du leader ne sera plus déployée pour conserver une entreprise humaine ou une position officielle. Mais seulement pour montrer et révéler Jésus dans sa propre vie comme un exemple à imiter et conduire toujours plus à Christ et Son autorité. Pour chaque chrétien il ne sera plus question d’oeuvrer pour protéger, animer ou profiter d’une structure ou d’une organisation. Mais simplement de manifester dans sa vie une vraie soumission à l’autorité de Christ là où il est. L’élévation du Seul Roi en Son Corps à travers une réelle obéissance manifestera de plus en plus la Nouvelle Jérusalem en ce monde. Or la plénitude de Christ promis à son peuple et la Nouvelle Jérusalem sont inséparables. L’un implique l’autre et vice versa !

La conquête de la Jérusalem terrestre dans l’ancienne alliance à été le point de départ de l’émergence d’Israël auprès des autres nations. Aujourd’hui la majorité de l’Eglise a échangé les rôles dans la nouvelle alliance…Elle attend la soumission des nations à Christ pour voir la manifestation de la Nouvelle Jérusalem…Or bibliquement ce qui précipite la venue des Nations à Christ reste, comme dans l’ancienne alliance, la manifestation de la Nouvelle Jérusalem et non l’inverse. Et ce Royaume est spirituel et céleste, et n’a rien à voir avec ce que les hommes construisent de leur main, mais provient uniquement de L’Esprit de Christ.

Le livre des Juges nous enseigne la stérilité à long terme d’un peuple marchant dans ses mêmes pas…Alors recherchons de tout notre coeur l’autorité de Christ notre Seul Roi, et ne nous reposons plus sur un leadership ou un ministère Le remplaçant…

Une réponse sur “Livre des Juges et son enseignement prophétique pour l’Eglise actuelle.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.