Offensive Joy 2

volcano-joyLe théologien réputé Thomas F. Torrance a recherché l’étymologie du terme grec « CHARIS », traduit « grâce » dans nos bibles françaises. Selon Thomas F. Torrance dans son livre « The doctrine of grace in the Apostolic Fathers« , « le sens originel et fondamental de « charis » (grâce) est appliqué à ce qui éveille le plaisir ou assure la joie. C’est la qualité qui donne du plaisir ou qui exalte la sensibilité esthétique »

La grâce est la réalité de Dieu et la réalité de Dieu est grâce (article Grâce et Vérité). Jésus est venu pour manifester et racheter pleinement cette Vie d’en haut dans l’Homme. Il a révélé la vie qui procède de la plus profonde et complète intimité avec Dieu. Cette relation est l’union mystérieuse de l’Eglise avec Jésus Christ.

De cette relation, nous avons reçu toute plénitude, et cela grâce sur grâce ! C’est à dire éveillant un délice, un plaisir et une joie toujours plus grands en Lui. La grâce n’est pas un concept « froid » de la vie de Dieu en nous. Au contraire, elle nourrit en nous une sainte et puissante dépendance à expérimenter littéralement du plaisir et de la réjouissance en nous-mêmes. Plus ce délice se goûte, plus il devient difficile de le retenir sans qu’il paraisse dans notre expression spirituelle (émotionnelle et corporelle) !

Thomas F. Torrance relève également le lien qui existait entre le terme « CHARIS » et les délices du vin de la divinité grecque Dionysos (divinité du vin, du plaisir, de la fête et de la folie) ! Bien sûr le but n’est pas d’interpréter le mot « grâce » employé dans la bible à travers des références idolâtres. Mais ce n’est pas non plus une coïncidence lorsqu’on se rappelle de la place centrale du vin dans la bible ! Je vous invite à faire votre propre étude sur ce thème. Le vin parle de cette « intoxication », de cette ébrieté vécue dans la présence de l’époux exprimé dans les cantiques des cantiques. Bien sûr, Dieu ne nous encourage pas à nous saouler littéralement du vin, mais de l’Esprit ! Toujours selon Thomas F. Torrance le « CHARIS » assume autant l’origine d’un effet que l’effet lui-même. La grâce est à la fois l’origine de notre réjouissance débordante et l’essence même de l’allégresse !

Dans Proverbes 9, il est évoqué un vin tout particulier que Dieu a préparé pour nous !

« La sagesse a bâti sa maison; elle a taillé ses sept colonnes. Elle a apprêté sa viande, elle a préparé son vin; elle a déjà dressé sa table. Elle a envoyé ses servantes; du haut des lieux les plus élevés de la ville, elle crie: Que celui qui est ignorant entre ici ! Et elle dit à ceux qui manquent d’intelligence: Venez, mangez de mon pain, et buvez du vin que j’ai préparé » (Proverbes 9:1-5)

Ce vin préparé, traditionnellement appelé le « yayin masach », est un vin mélangé, mixé avec d’autres substances. C’est très parlant de connaître la nature du mélange (non, pas pour une recette à la maison !) :

« Ce vin n’était pas mélangé avec de l’eau, pour le rendre plus faible. Mais avec des épices et d’autres ingrédients pour le rendre plus fort. Les ingrédients étaient du miel, de la myrrhe, de la mandragore [aphrodisiaque], de l’opium, etc., qui lui donnaient non seulement une qualité enivrante mais stupéfiante. Peut-être le vin mélangé ici peut-être le vin de la plus forte et meilleure qualité, ce qui était bon pour encourager et rafraîchir le cœur de l’homme » (Clark’s Commentary)

visages-heureuxSi ce n’est pas une ironie divine… La sagesse de Dieu personnifiée dans Proverbes 9 a dressé une table pour ceux qui sont ignorants et manquent d’intelligence afin d’y consommer un vin offensif et renversant ! Dans la folie de Dieu – plus sage que la sagesse des hommes – l’ébriété du vin de l’Esprit est source de la véritable connaissance et intelligence du mystère divin ! On préfère peut-être rester « maître » de nous-mêmes dans une stoïcité chrétienne et l’on obtiendra effectivement l’approbation du monde ! Par contre, se revêtir de Christ (« enduo » en grec : couler dans… ) ou plutôt devrais je dire « couler dans le Christ » implique de se perdre complètement en Lui avec tous les « symptômes possibles » du vin mixé étourdissant de son Esprit !! SPLASH et PLOUF ! Mauvaise nouvelle pour ceux qui préfèreraient être des superhéros de l’évangile, mais sans trinquer aux cuves remplies du vin divin…(déjà en nous en Christ !!)

La Grâce est une Personne et non pas un sujet ésotérique ! Jésus Christ nous fait participer à Dieu Lui-même dans sa plus complète expérience ! Dieu est le Dieu bienheureux ! Il ne s’agit pas d’un sobre et « ennuyeux » Big Boss… Il est en Lui-même la joie la plus extrême à laquelle nous pouvons aspirer ! Dieu a littéralement un goût et ce goût est tellement délicieux que nous pouvons ensuite assurer qu’il est BON ! Je suis tellement fier de partager un évangile qui n’est pas une expérience intellectuelle et froide mais plutôt similaire à un volcan en éruption dont on aurait presque peur d’atteindre le coeur en fusion !

Comment nous vivons est pleinement lié à comment nous croyons ! Si nous croyons en un Dieu stoïque et à tendance réprimandeur et bien nous vivrons sous une chape de tristesse, de rejet et de découragement. Mais si nous changeons de mentalité, c’est à dire en nous repentant et en réalisant de plus en plus l’extravagance de l’amour divin, alors nous aurons confiance de nous approcher d’un Dieu pleinement accueillant et extrêmement joyeux d’être en notre présence ! En remarque, il vaut mieux… car Lui-même a décidé de faire de nous sa demeure de luxe ! Qu’on le mérite ou pas n’est pas le sujet puisque c’est Lui qui l’a désiré avant la fondation du monde ! Oui, mystérieusement l’agneau est immolé, Christ crucifié, avant la fondation du monde (Ap 13:8), même si dans notre repère temporel, Jésus est venu il y a 2000 ans !

Dieu se réjouit de festoyer ! Bien sûr Il ne festoie pas à la manière du monde, mais Il a pourvu à l’agneau immolé avant la fondation du monde ! Nous nous rappelons de l’histoire du fils prodigue qui revient à la maison du Papa ! Il revient en lui-même et il réalise combien c’était bon d’être en la présence de son père plutôt qu’à travailler au milieu des cochons, loin de lui et en ayant dilapidé tout son héritage ! A la vue du retour de son fils, le père court le prendre dans les bras et demande aussitôt qu’on tue le veau gras et qu’on le mange en se réjouissant (Luc 15:23)  ! C’était un festin de joie ! Maintenant que Dieu a scellé la réconciliation et la justification de tous les hommes, nous avons part au festin éternel de l’agneau immolé ! Il célébre l’union du divin avec l’humain en intenses réjouissances, victoire et pleine satisfaction. Et comme dans un bon repas la viande est accompagnée d’un bon verre de vin, ainsi en est-il du sang de l’agneau ! Jésus dira que son sang est vraiment un breuvage ! Le sang de la nouvelle alliance est le vin nouveau du festin royal.  Nous mangeons la chair de l’agneau et le vin du sang versé pour nous ! Il ne s’agit pas d’un rituel de commémoration morbide, mais d’un rassasiement avec la graisse de Sa maison et d’une ébriété des sources même de ses délices ! La graisse représente l’onction dans l’ancien testament. Il s’agit d’une véritable « intoxication » dans l’Esprit.

« Ils seront intoxiqués avec la graisse de ta maison et tu leur donneras à boire de la rivière de tes délices » (Psaumes 35:9, NETS traduit)
Ils seront abondamment satisfaits avec la graisse de ta maison, et tu les feras boire à la rivière de tes plaisirs. (Psaumes 36:8 CWS traduit)

Le sang de l’agneau est comme le vin mélangé de Proverbes 9. Ce vin est dangereux ! C’est comme si Dieu nous montrait qu’il suffit de boire un peu de son Esprit pour être complètement mis à terre ! Nous ne parlons pas seulement d’une expérience agréable dans la présence de Dieu, mais il s’agit littéralement d’avoir tout notre être saturé de Sa folie ! Si nous recherchons la sagesse pour renverser les faux raisonnements du monde nous faisons fausse route ! C’est la folie de Dieu qui renverse la sagesse humaine. Et la folie de Jésus Christ crucifié ne peut être proclamée que par la folie enivrante de son peuple, avec une joie jaillissante et hors contrôle !

A la lumière de la folie de l’oeuvre de Christ et du vin de son Esprit, la sagesse cachée de l’ecclésiaste s’illumine :

« J’ai cherché dans mon cœur à me livrer – au vin, mais en faisant connaître à mon cœur la sagesse; Et de me tenir à la folie, jusqu’à ce que je puisse voir ce qui est bon pour les fils des hommes, ce qu’ils doivent faire sous le ciel tous les jours de leur vie. » (Ecclesiastes 2:3, CWS traduit)

Une réponse sur “Offensive Joy 2”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.