Réconcilié(e)

Je démarre une série de courts articles sur l’identité. (On y croit pour le « court » ! Je vais dire à la romancière que je suis de se limiter…). Je commence donc avec celui-ci : Réconcilié.

« Pour vivre la vraie vie, tu as besoin de connaitre qui tu es vraiment […]. Plus tu viendras puiser à la Source […], plus tu réaliseras ta véritable identité. » (La Cité, chapitre 24).

Après le dévoilement sur un gros dysfonctionnement de ma vie (voir le billet ici), j’ai plus que jamais pris conscience… que je n’avais pas conscience de tout chez moi !

Quelques jours après, j’ai lu le chapitre 1 de Colossiens et rien de particulier n’en était ressorti. Finalement, durant le temps d’intériorité qui a suivi, une phrase est montée en boucle et qu’il était bon de l’accueillir : « Je me réconcilie avec moi-même ». J’ai senti de poser ma main sur mon coeur et de dire à voix haute plusieurs fois : « Je me réconcilie avec moi-même, je me réconcilie avec moi-même, …. ».

On a généralement mit l’accent dans le passage de Colossiens v. 19 à 22, sur la réconciliation de Dieu avec l’Homme et inversement. Je voudrais mettre l’accent dans cet article sur la notion tout aussi importante de réconciliation à nous-mêmes. Etant donné qu’Il est la Source de notre vie, notre Essence, c’est lié. Se réconcilier avec Dieu, c’est aussi se réconcilier avec le Divin en nous. Si vous venez sur le blog régulièrement, il n’y a rien de nouveau : Jésus nous a ouvert le chemin vers nous-mêmes, vers notre « Vrai Nous » : Christ en nous, et nous sommes invités à l’explorer et à y goûter. On parle de « nouvelle création », de « nouvel homme », j’aime bien et c’est très personnel, utiliser la notion de « Vrai Moi » ou encore « véritable identité » (et l’inverse en parlant de « faux moi » ou « fausse identité »). Dieu nous a réconcilié avec notre Vrai Nous.

Ces dernières années, nous avons beaucoup insisté sur le blog sur la nouvelle création que nous sommes, sur cette vie nouvelle qui est notre. Bien souvent, lorsque Dieu nous parle de nous-mêmes, il met en avant notre beauté et perfection. Il nous appelle à nous regarder dans Son miroir et non pas dans le miroir déformé de notre faux-moi. Il pointe parfois du doigt avec amour nos dysfonctionnements, non pas pour nous accuser, mais comme pour nous dire « Ce n’est pas celui/celle que tu es vraiment… c’est un mensonge dans ta vie… cela te voile/t’éloigne de ta vraie nature… », etc.

Au lieu de « réconciliation », la version de la Passion parle de « reconnexion » : « Mais si vous étiez autrefois éloigné de lui et viviez dans l’ombre de vos mauvaises pensées et de vos mauvaises actions, il vous a reconnecté à Lui-même. Il vous a rendu sa paix surnaturelle […] afin que vous résidiez en sa présence. Et maintenant, il n’y a plus rien entre vous et Dieu le Père, car il vous voit comme saint, impeccable et restauré.

Ces derniers temps je ressens le besoin de comprendre non seulement qui je suis vraiment, mais de comprendre aussi qui je ne suis pas. Autant je ne réalise pas encore à quel point je suis unie à la Perfection, autant je ne réalise pas encore tout ce qui empêche cette nouvelle création dont je suis au bénéfice de se manifester pleinement. Dans ce processus de connexion avec mon Vrai Moi, je vais être de ce fait éclairée sur la fausse identité que je me suis construite, généralement inconsciemment, et sur les masques dont je dois me séparer. Entrer dans cette dynamique déjà accomplie de « réconciliation », « reconnexion », va amener un mouvement de séparation et de déconnexion avec d’autres facettes de ma personnalité. Je vais être mise à nu et vulnérable. Et c’est essentiel, car m’attacher aux masques couvre ma véritable identité, à moi-même et aux autres. Il ne s’agit pas là d’introspection, mais plutôt de traverser ces zones sombres qui se sont mises comme des filtres sur ma véritable identité divine lorsqu’il m’y amène.

« Il n’y a plus rien entre vous et Dieu le Père, car lui vous voit comme saint… ». De son côté, il n’y a plus rien qui empêche le mouvement de Sa vie, Il est complètement en nous, Plénitude et Perfection. Du notre ce n’est pas le cas, il y a tout un tas de voiles, de couches, de filtres, d’ombres, de part notre naissance, croissance, expériences, etc.

Réconcilié avec Dieu, réconcilié avec nous-mêmes veut dire que notre vraie nature est la réalité. Le reste n’est que mensonge et tant que nous restons dans ces lieux-là, nous sommes en terrain ennemi, nous nous faisons du mal à nous-mêmes, mais aussi aux autres. Alors embrassons-nous cette réconciliation ? Sommes-nous prêt à passer ces zones sombres qui entourent notre coeur pour vivre Sa plénitude ?

Je conclus cet article en réadaptant le passage de Colossiens : Mais si vous étiez autrefois éloignés de Vous-mêmes et viviez dans l’ombre de vos mauvaises pensées et de vos mauvaises actions, il vous a reconnecté/réconcilié à Vous-mêmes. »

7 réponses sur “Réconcilié(e)”

  1. C’est magnifique, Claire, ce que tu vis et nous partage. C’est beau et c’est bon ! Et je me réjouis tellement de cette « réconciliation » 😉
    Gloire soit rendue au Père qui défait patiemment, un à un, les noeuds de nos vies, afin que nous puissions jouir toujours plus pleinement de notre véritable identité…
    Tant de choses encore à explorer, exploiter et vivre, tout simplement, c’est si excitant !…
    Bises les amis <3

  2. Bonjour, merci pour ce partage, cela résonne.

    Dernièrement, j’ai reçu ses paroles ainsi: » je t’envoie en mission… en mission dans les contrées inexplorées, désertées, mal-traitées, en ruine de tes profondeurs, de ton coeur. Je t’envoie les évangéliser, propager ma parole, ma lumière et mon amour. »
    C’est quand on prend conscience de certains mécanismes intérieurs que Lui peut venir les guérir, les édifier, les restaurer, les ramener à la vie. Il le fait avec nous.

Répondre à bruno Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.