Sauter dans l’inconnu

Ces derniers mois, plusieurs personnes nous ont témoigné être impactés par nos choix de vie, et certains nous avouer ne pas se sentir capables de faire la même chose.
Lors de ces conversations, il m’arrive souvent d’être gênée parce que cela ne m’a pas semblé difficile. 
Ensuite, je prends un peu de recul et je réalise que c’est vrai, nous avons fait plusieurs choix en quelques années, parfois à contre courant, parfois un peu fous (Instruction en famille, démissionner sans savoir comment la provision viendra, vendre la maison sans savoir où aller après, partir en périple sur les routes avec 4 enfants, entre autres).
Nous avons sauté dans l’inconnu.

Mon premier réflexe quand nous parlons de ce sujet est de rappeler pourquoi nous les avons faits : car nous avons senti que Dieu nous le demandait ! Alors si Dieu nous y invite, c’est que normalement, on ne devrait pas s’écraser au sol !
Cela facilite grandement le saut et la « prise de risque ».
Si je rencontre quelqu’un qui me dit que Dieu lui a demandé d’aller parler de Christ dans des rassemblements de terroristes, je peux vous assurer que je vais me sentir bien incapable de faire la même chose. Pourquoi ? Parce que Dieu ne me l’a pas demandé.
Si Dieu ne te l’a pas demandé, ne le fait pas !
(Je précise que cet article parle d’actions et de choix de vie spécifiques)

Peut-être qu’il ne te le demande pas, car ce n’est pas ce qu’il souhaite pour ta vie. 
Cependant, c’est vrai que cela peut aussi être parce qu’il sait que tu n’es pas prêt(e)…

Oui, nos choix ont un coût. Un coût de temps, un coût d’argent, un coût de confort…
Mais c’est aussi : 

  • Un coup dans nos « insécurités », pour trouver notre sécurité en Lui… 
  • Un coup dans notre capacité à l’abandon, afin d’apprendre à ne compter que sur Lui… 
  • Un coup dans nos conceptions, et approfondir notre connaissance de Lui…
  • Un coup dans nos dépenses, mais découvrir nos vrais besoins…
  • Un coup dans notre tranquillité, afin de mieux saisir Son repos…
  • Un coup dans notre désir d’être compris de tous, pour mieux chérir Son approbation…

Et je peux vous assurer qu’il ne nous a pas abandonnés ! 
Par exemple, il nous est arrivé ces derniers mois de n’avoir plus que 10 euros sur notre compte en banque (et non nous n’avions pas de compte en banque « caché »), mais la mer rouge s’est ouverte à chaque fois !
Nous avons été parfois jugés inconscients/sur la mauvaise voie/etc., mais nous avons et sommes toujours entourés par des amis de valeur.
Nous avons vendu notre maison, mais nous n’avons jamais dormi sous les ponts (ah, ah).

Nous avions une location future en vue dans laquelle humainement, je n’avais pas envie d’aller. Et puis pendant plusieurs jours, ce passage d’un chant me venait spontanément et je le chantais avec joie et abandon : « J’irai où tu iras, mon pays sera toi, j’irai où tu iras, qu’importe la place et qu’importe l’endroit ». Et oui, on peut même louer en chantant Céline Dion 🙂

C’est le temps de sortir de nos zones de confort, de nos boites, de nos schémas de pensée.

L’Eglise est appelée à montrer de nouveaux chemins, mais cela ne se fera pas sans prendre de risques et accepter d’y laisser sa vie, pour mieux trouver la Sienne.
L’Eglise est appelée à nager à contre courant, et ainsi à regarder vers la Source. Parce que dans son fonctionnement actuel, elle se laisse aller à la dérive des schémas bien huilés de la société.

J’avais reçu cette image pour un ami qui était face à des choix et je crois qu’elle est pour l’Eglise d’une manière plus générale. Je le voyais aller (marcher/nager) à contre courant et alors qu’il faisait cela, il actionnait et découvrait des muscles qui jusque-là n’étaient pas utilisés.
Le corps a besoin d’actionner ses muscles lorsque la tête montre la direction. Peut-être qu’au départ, cela fait un peu mal parce que les muscles se réveillent (comme après une bonne séance de sport pour les non initiés). Ensuite, les muscles s’habituent et cela devient facile.

Et enfin, quand l’Eglise dans son ensemble fonctionnera à contre courant, c’est pour le reste de la société que la situation deviendra inconfortable. Puis, elle sera entrainée à sa suite, vers le bon courant, en Christ, vers Christ, par Christ. 

Alors, répondras-tu à l’appel, aux appels ? Es-tu prêt à sauter ?

Et si tu l’as lu, tu peux reprendre mon livre « La Cité » au chapitre 18 ! 🙂

8 réponses sur “Sauter dans l’inconnu”

  1. Merci Claire , toi et ta famille êtes carrément lumineux! Chacun de vos posts est toujours un très grand encouragement personnel.
    Salut je m’appelle Nathalie, une chère amie d’Iza&Nico, Noah.
    J’aime vraiment qui vous êtes, magnifiques coeurs offerts au Père. Soyez bénis…Je voulais juste vous partager un texte sur lequel je suis « tombée » ce matin…En lisant ton article, j’ai tout bonnement eu l’envie de vous l’offrir, même si c pas moi l’auteur🙃. (Pardon pour le tutoiement, mais à travers vos articles vivants vous devenez si proches qu’on se sent comme à la « Maison »😊)
    Chaleureusement. Nathalie

    Seigneur, envoie-nous des fous…
    Seigneur, envoie-nous des fous
    qui s’engagent à fond, qui oublient,
    qui aiment autrement qu’en paroles,
    qui se donnent de vrai et jusqu’au bout.
    Il nous faut des fous, des déraisonnables, des
    passionnés,
    capables de sauter dans l’insécurité : l’inconnu
    toujours plus béant de la pauvreté.
    Il nous faut des fous du présent, épris de vie simple,
    amants de paix, purs de compromission,
    décidés à ne jamais trahir, méprisant leur propre vie,
    capables d’accepter n’importe quelle tâche, de
    partir n’importe où : à la fois libres et obéissants,
    spontanés et tenaces, doux et forts.
    O Dieu, envoie-nous des fous
    Louis-Joseph Lebret
    (cité dans Scoutopedia, l’Encyclopédie scoute)

    1. Merci beaucoup Nathalie,
      Tu fais bien de te sentir sur notre blog, comme à la maison. C’est notre coeur de partager à coeur ouvert qui nous sommes 🙂
      Et surtout, tutoie nous… On va se sentir « vieux » en plus si on nous vouvoie 🙂 La simplicité avant tout !
      Merci pour le partage de ce beau texte qui me touche !

  2. Wouah ! Merci Claire, toujours aussi percutants, inspirants et encourageants tes billets, c’est vrai! Et merci à Nathalie aussi, d’avoir partagé avec vous sa trouvaille, c’est un texte très émouvant et bien approprié, et du coup, on en profite tous 😉!
    Alors « debout les fous, le monde sans vous, perd la raison »! ( c’est pas du Céline Dion, ça vient de l’opéra-rock Mozart, mais ça sonne pas mal aussi je trouve 😉)…

  3. Merci pour ces partages, trop bon de se rappeler que marcher à contre courant de cette société bien huilée comme tu dis ma chère Claire, nous amène un peu plus chaque jour plus près de son coeur!! Oui ils cherchent des fous, des passionnés de son royaume pour l’établir correctement sur cette terre et nous l’accaparer! C’est défiant mais si excitant car lui est ce Dieu de l’impossible et il aime les coeurs ainsi…
    Merci ma précieuse Nath toi la passionnée, toi ma belle marseillaise pour ce texte et j’espère que vous vous rencontrerez avec la Famille Galisson car c’est le m^me coeur!!
    Bon les amis , nous sommes avec vous dans ce à quoi il vous appelle vous le savez!!
    A très bientôt peut être au bord de la Loire 🙂
    bISOUS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.