Guérisons dans une pizzeria

cieldansmaisonDébut mars, alors que nous sommes en vacances près de Lyon, nous décidons de nous arrêter dans une pizzeria pour commander des pizzas à emporter ! (Oui j’avoue avoir une affection toute particulière pour les pizzas…). Ce n’est pas un restaurant mais un endroit où sont préparées les pizzas.

Claire, Isaïah et Lévi restent dans la voiture tandis que Laël m’accompagne dans la pizzeria. Nous sommes accueillis par un homme très avenant et son épouse. Rapidement la discussion s’engage. J’explique que nous venons là pour la première fois car nous ne sommes pas de la région et que nous venons directement d’un salon de coiffure (dans lequel au passage, nous avons pu prier pour le coiffeur et reçu des pensées de Dieu pour lui). Il s’avère qu’ils le connaissent.

Bref, j’enchaîne en disant que j’ai pris l’habitude de demander aux personnes si elles ont un souci de santé ou autre afin que je puisse prier pour elles. J’explique que je crois que Dieu est avec nous et qu’Il n’attend qu’une chose, de nous guérir, de nous faire du bien, de se révéler.

Guillaume, le propriétaire de la pizzéria, très ouvert, m’avoue rapidement qu’il a comme une pointe qu’il sent physiquement au niveau des côtes et ce depuis des mois. Ça le gêne dans ses mouvements, et il ne sait pas ce que c’est.

Je lui propose donc de prier pour cela et il est d’accord. Je m’apprête à contourner le comptoir pour le rejoindre, quand un client entre. Ce doit être un habitué car les propriétaires le saluent par son prénom. Je dis au client, avec humour, que tout allait bien se passer, que ce n’est pas moi qui ferait les pizzas. J’explique que je m’apprête à prier pour Guillaume. Un peu sceptique, il se contente d’acquiescer…

Je pose la main sur Guillaume, j’ordonne à la douleur de partir et à cette sorte de pointe apparente au niveau des côtes de disparaître. Ça dure 10 secondes environ. Je le vois alors qui me regarde, étonné. Il met sa main sur ses côtes et me dit que c’est comme s’il avait senti la sorte de pointe qui le gênait être comme re-rentrée à l’intérieur… en tout cas il ne la sent plus près des côtes. Il se tourne, lève le bras pour voir s’il a encore mal. Vraiment surpris, il me dit qu’il n’a plus mal, il ne sent plus de gène, excepté une petite douleur encore. Je prie de nouveau pour lui, il teste de nouveau. Très excité, il me confirme qu’il ne sent plus rien, plus aucune douleur.

Le client, spectateur de toute la scène me demande si je suis un guérisseur ou autre. Je lui répond que non, que je crois seulement que Jésus est vivant, qu’il nous aime et qu’il peut agir à travers nous pour guérir.

Voyant le résultat avec son mari, son épouse qui était plutôt réticente, regarde son mari et lui dit qu’elle allait peut être me parler des douleurs qu’elle a. Bien sûr, je saute sur l’occasion et lui dit qu’elle n’hésite pas. Elle me raconte que dernièrement elle a eu un accident de voiture et que ses disques avaient été particulièrement touchés, si bien qu’elle éprouve régulièrement des douleurs en se tournant ou en levant les bras.

Je demande à Guillaume s’il veut bien poser la main sur son épouse et prier pour sa guérison, pour qu’il puisse voir que lui aussi peut être un canal de guérison de Dieu. Mais il préfére me regarder faire et préparer la pizza pour le client qui attend…

Je pose donc la main sur Marie-Laure, en commandant à toutes douleurs de disparaître et aux disques d’être restaurés. Je lui demande de tester et je vois bien qu’elle est comme sur « un petit nuage ». Elle me répond justement qu’elle se sent toute légère, elle qu’elle ne comprend pas cette sensation. Je lui précise que Dieu agit en elle et que son amour nous rend léger. Je lui demande si elle peut tester. Je l’aide doucement à vérifier si son bras se lève sans douleur et si elle peut se tourner sans gène. Surprise et encore un peu sur « son nuage », elle m’assure qu’elle ne sent plus la douleur ! Ouah, autant vous dire que je suis comme un lion en cage 😉

Je vois le client qui nous regarde, un peu bouche-bée et Guillaume qui me questionne, un peu mal à l’aise, pour savoir si c’est payant. Avec humour et il le comprend, je lui dis qu’effectivement l’évangile est devenu payant…. C’est l’occasion pour moi de leur expliquer que c’est bien gratuit car Dieu nous guérit par amour, et qu’Il ne nous demande rien en retour, excepté de se laisser interpeller par sa présence dans nos vies.

Spontanément, Guillaume veut m’offrir trois desserts. Je lui réponds que ce n’est pas nécessaire, que réellement je suis heureux de voir Dieu agir dans leurs vies. Le client me dit d’accepter le cadeau de Guillaume car il dit le connaître et m’assure que s’il me le propose, c’est de bon cœur. Je finis par accepter, en les remerciant chaleureusement et je repars.

J’étais tellement heureux que Laël puisse être témoin de ce qui s’est passé et Claire me dit qu’elle a vu la scène depuis la voiture.

Je veux profiter de notre blog pour témoigner d’expériences où l’on voit Dieu agir et ainsi vous encourager à ne pas hésiter dans votre quotidien à saisir ces opportunités.

Après tout avec Laël nous étions simplement partis pour prendre des pizzas ! Et au final nous sommes revenus avec une telle joie (bon j’avoue surtout moi…) et avec trois tiramisu en plus  ;-))

16 réflexions au sujet de « Guérisons dans une pizzeria »

  1. Votre témoignage m’encourage beaucoup car je manque d’assurance
    dans ce domaine de la guérison.
    Pour moi, je n’hésite pas à prier et je vois des résultats mais… pour
    les autres, je n’ai pas votre « audace ».
    Cependant je vais me mettre plus à l’écoute du Seigneur car les
    besoins autour de nous sont très nombreux.

    • Bonjour Suzy, heureux que le témoignage encourage !
      En fait, l’audace n’est pas vraiment innée, ce n’était pas évident au début, et d’ailleurs je n’ai toujours pas atteint ce que je souhaiterai rééllement 😉 .
      Les premières fois paraissent souvent impressionnantes, parce que faire le premier pas coûte toujours ! Mais une fois lancé, on s’aperçoit vite que les personnes sont généralement ouvertes à la prière, et en plus elles apprécient notre compassion.

      Je te dirai juste : lance toi une première fois, et vois par toi même comme c’est encore plus simple que tu ne l’aurais imaginée 🙂

  2. Super ,c est tout simple ,le Seigneur me dit qu es que tu attends
    Merci , le cœur du Christ en action .A plus dans les actes

  3. J’avais demandé un encouragement au Seigneur….prière exaucée! 😉 Merci pour ce partage et ce merveilleux témoignage qui rebooste! Pas plus tard qu’hier soir, mon époux et moi-même avons prié pour ma belle-mère et lui avons imposé les mains pour chasser douleurs et maladie qui lui causent des névralgies atroces et insupportables depuis un mois!!! J’espérais vraiment qu’elle allait nous dire ce matin qu’elle avait passé une bonne soirée et une bonne nuit et que la douleur était partie, et à notre grand désespoir, voilà qu’elle nous annonce que la crise a été plus terrible et douloureuse que jamais! Grosse déception et remise en question! De nous, bien-sûr, de notre foi, l’état de notre coeur, etc…pas de notre Dieu évidemment, car « je sais en qui j’ai cru »! Et je sais qu’il peut et veut la guérir…. Mais tout de même, le coup est porté et ça fait un peu mal, surtout pour elle qui souffre tellement et ne comprends pas… Je sens que Dieu veut que je persévère et que je ne me laisse pas paralyser par le découragement, qui est quand même là, tapit à la porte, je vous l’avoue. Mais notre merveilleux Papa est là et veille! Je lui demande un encouragement parce que je me sens un peu « perdue » sur ce chemin de la guérison divine et voilà votre témoignage tout simple, tout beau, tout frais!! 😉 Merci encore et merci Seigneur!

    • Merci pour ton authenticité ! Et je peux me voir dans les lignes que tu as écrites.
      Cela m’arrive encore trop souvent d’être confronté à des « échecs » dans la manifestation de la guérison (qu’elle soit spontanée ou plus tardive). Je ne peux que t’encourager à persévèrer comme vous le faites déjà, en sachant se remettre en question.
      Par contre j’ai appris à voir que même les « non guérisons » auprès des personnes qui ne connaissent pas Christ, amènent bien souvent des vraies interrogations provenant de ces personnes sur mes motivations et ma relation avec Christ. Et parfois les personnes s’ouvrent à connaître Jésus.

      En tout cas, vous n’êtes pas seuls dans ce combat de persévérance pour saisir ce qui est parfait ! Je suis de tout coeur avec vous.
      Bien à vous
      Fabien

  4. Bonjour Fabien, merci pour ce témoignage.

    Pourrais-tu décrire exactement comment vous avez commencé à pratiquer la guérison? Cela pourrait aider plusieurs d’entre nous à faire de même.
    Cela fait longtemps que je suis en recherche dans ce domaine et toute aide serait la bienvenue.
    Amitiés

    Désiré

    • Bonjour Désiré, pour te répondre assez simplement, j’ai commencé à saisir les occasions de prier pour les gens autour de moi qui avaient une infirmité visible. Et j’ai commencé à voir des guérisons et des « échecs » 😉

      Avec le recul, je dirai que ce n’est jamais sans fruits lorsque nous sommes agissants à travers l’amour, même dans les cas où la guérison divine ne se manifeste pas.

      On bâtit toujours sur des fondations. J’ai pris le temps de les éprouver et de les pratiquer. Je suis toujours en apprentissage ! et finalement je m’aperçois que ces fondations évoluent régulièrement dans le domaine de la guérison.

      Le meilleur exemple pour moi reste mon deuxième fils Lévi, qui est né avec une trisomie 21. Je ne cesse de demander une mise à jour, un dévoilement du Père pour percer. Je suis convaincu que la guérison est déjà pourvue, maintenant je cherche ce que je ne vois pas pour qu’elle se manifeste !

      En espérant que cela puisse t’aider bien que je me doute que c’est light comme réponse.
      En tout cas ta demande m’encourage à écrire un billet sur les fondations actuelles que je saisis pour la guérison.

      Bien à toi

    • Finalement c’est peut être bien que je développe un peu plus mon cheminement dans la guérison…

      En 2008, travaillé par la guérison divine, j’ai commencé à me mettre en action et à prier pour les gens de ma famille ou ceux de l’assemblée que nous fréquentions à l’époque. Il y a eu quelques fruits qui m’ont encouragé même s’il y avait surtout des « non résultats ».
      J’ai envie de dire que ce qui porte du fruit aujourd’hui, c’est la persévérance. Parfois c’est vrai, j’en ai eu marre… marre du peu de guérisons visibles ou lorsque je lisais les témoignages d’autres personnes dans les livres où tout paraissait plus simple et efficace quand ils se mettaient en action. Alors je décidais de laisser tomber mais ça ne durait jamais longtemps car l’envie de voir les gens guérir autour de moi revenait à la charge et je n’arrivais pas à entendre quelqu’un me dire qu’il avait mal ou était malade sans proposer de prier pour lui.
      L’un de mes problèmes était souvent de regarder plus aux non résultats qu’aux fruits déjà très réjouissants.
      J’ai ensuite commencé à prier pour mes collègues de travail et à le proposer aussi aux gens dans la rue. C’est devenu presque naturel pour moi de le faire sur mon lieu de travail et j’ai de nombreux témoignages de guérisons depuis ces dernières années. Aujourd’hui encore c’est l’un de mes plus grands champ d’action et là où je vis mes meilleures expériences dans la guérison. Et même si parfois la guérison n’a pas lieu, je reçois le coeur de Dieu pour eux (une pensée, une image) ou alors ils ressentent sa présence.
      Dans la rue, les magasins, les lieux de sortie (zoo, parcs…), lorsque je vois quelqu’un en fauteuil ou avec une béquille ou parfois même que j’ai l’impression de recevoir un maux qui aurait besoin d’être guéri, c’est de plus en plus spontané d’aller proposer la prière. Mais ce n’est pas systématique.
      J’ai parfois quelques refus mais proportionnellement les gens acceptent plus qu’ils ne refusent. J’ai appris à dépasser ma peur du refus, finalement ce n’est pas grave. J’apprend maintenant à dépasser ma peur du non résultat.
      Nous avons fait quelques sorties, avec un ami notamment, et d’autres sont encore prévues, spécifiquement pour prier pour les gens. Nous les abordons, nous leur demandons s’ils ont un besoin particulier et nous prions pour eux.
      Comme ces sorties ne sont pas toujours évidentes à programmer avec la vie de famille, j’apprends à saisir les occasions là où je suis et je profite donc des temps en famille pour le faire. Dernièrement c’était à la boulangerie où j’ai prié pour le boulanger qui a été guéri et pour un client en sortant, tout cela accompagné de Laël qui m’a dit que j’étais un « héros », mine de rien cela m’a beaucoup encouragé ! Ce qui est encore plus encourageant c’est que lui même se met en action maintenant dans notre sphère familiale.

      Voilà une réponse plus complète qui pourra peut être aider un peu mieux.

  5. Merci pour votre site et pour ce beau témoignage…Je vis aussi de plus en plus de guérisons dans la rue depuis que j’ai compris que c’était la volonté de Dieu. Je l’ai reposté sur mon blog pour encourager d’autres…J’espere que c’est ok.

    • Bonjour Ghislain, votre commentaire avait été placé en « spam » donc je ne l’avais pas vu ! Mais pas de problème pour le poster sur votre blog ! Au contraire, le but c’est d’encourager à travers ces témoignages.
      Bien à vous
      Fabien

  6. Bonjour,
    Merci pour votre site web, qui permet de partager votre itinéraire et vos réflexions. C’est très encourageant pour nous: nous sommes également en train de sortir de la religion.
    Concernant la guérison, connaissez-vous Torben Sondergaard (The Last Réformation, The Pioneer School) ? Cela ressemble à votre témoignage dans la pizzeria.
    Où êtes-vous en France ?

    • Bonsoir Marc !
      Je connais Torben, enfin en tout cas j’ai regardé leur film « The Last Reformation ». Des amis sont allés pendant une de leur conférence au Pays Bas il y a environ deux mois.
      J’aime leur notion de « Kick starting », tant que cela nous voile pas notre premier besoin d’expérimenter profondément Dieu en nous.
      Nous habitons dans le Maine et Loire.

  7. Vous laissez passer la vie de Dieu à travers vous et votre foi en Lui.
    Merci d’ouvrir le monde au bien et au bon. Le Seigneur ne désire que cela.
    Quand vous priez pour les personnes malades, est-ce que vous priez à haute voix ? est-ce que vous imposez les mains ?
    J’ai du mal à me lancer alors que cela fait longtemps que je pressens qu’il faut que je le fasse.
    Merci de m’aider à me lancer
    Emmanuel

    • Bonjour Emmanuel !

      Généralement je prie effectivement à voix haute en imposant les mains. Mais parfois c’était préférable de ne pas imposer les mains pour éviter l’embarras ou le blocage d’une personne. Je préfère exprimer à voix haute ce que je prie pour la guérison, simplement pour que la personne entende ce que je dis, et qu’il n y ai pas de « mystère » ou de notion de « secret » ou de « chose cachée » dans ce qui est vécu.

      Après mon seul « conseil » aujourd’hui dans la guérison est de se lancer à travers l’amour. Ce que Dieu, l’Amour en toi te montre, de l’accomplir en suivant Son mouvement, Son inspiration. Faire attention de ne pas rentrer dans des formules, des mécanismes de prise d’autorité et ainsi de suite. En tout cas, c’est mon chantier actuel 🙂 Simplement parce que lorsqu’on voit Jésus agir dans les évangiles, on voit un Fils obéir seulement à ce qu’il « voit » à l’intérieur de Lui, à ce que le Père est en train de faire !

      Jean 5:19-20
      « Jésus reprit donc la parole et leur dit: «En vérité, en vérité, je vous le dis, le Fils ne peut rien faire de lui-même, sinon ce qu’il voit le Père accomplir. Tout ce que le Père fait, le Fils aussi le fait pareillement. En effet, le Père aime le Fils et lui montre tout ce que lui-même fait, et il lui montrera des œuvres plus grandes que celles-ci, afin que vous soyez dans l’étonnement. »

      Sois encouragé à te mettre en action, si tu sens l’amour t’y pousser 🙂
      Bien à toi
      Fabien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *