Moi et ma maison, nous servirons l’Eternel

Nous servirons lEternelIl y a un témoignage que nous racontons de temps en temps, souvent quand des frères et sœurs nous demandent pourquoi nous avons choisi d’habiter là où nous sommes actuellement. Cet épisode de nos vies a été un événement marquant pour nous, il a eu lieu pendant la période où nous avons quitté la communauté que nous fréquentions. Il n’y a pas forcément de grand rapport si ce n’est que notre motivation dans cette histoire était simplement « Ta volonté Seigneur », nous nous sommes rendus compte qu’avant cela il y avait encore beaucoup de nous !

C’est une histoire qui permet de voir que nos désirs et ceux de Notre Père se mêlent. En s’abandonnant complètement en Sa parfaite volonté (Il saura toujours ce qui est le mieux pour nous), il fait naitre des désirs dans nos cœurs, qui deviennent donc nôtres et finalement on ne sait plus trop à la fin quels étaient vraiment les nôtres et quels étaient les siens. Mais en tout cas, ils ne font plus qu’un. L’essentiel étant de toute façon d’être assuré d’être dans Sa volonté.

J’ai la tendance à donner beaucoup de détails, en tout les cas, mon mari me le fait souvent réaliser. Je vais donc essayer de vous éviter tous les petits épisodes de cette histoire, que je garde en tête et qui ont leur importance mais qui n’enlèveront en rien ce que ce témoignage peut apporter comme enseignement pratique. C’est le but d’ailleurs, voir une fois de plus comment la vie avec Christ peut être concrète dans des domaines qui paraissent très terrestres.

En 2010 nous avions envie d’acheter une maison. Nous souhaitions habiter sur Angers, notre ville de naissance, pôle de nos activités, lieu de résidence de nos parents respectifs et à l’époque lieu de la communauté que nous fréquentions. Malgré le processus de réforme qui était déjà en cours, nous ne voulions pas nous éloigner. Nous voulions trouver un lieu sur Angers ou une ville la touchant. Nous avons alors commencé à regarder quelques maisons mais surtout à aller voir des constructeurs immobiliers. Les rendez-vous s’enchainaient, on nous proposait des projets qui ne nous plaisaient pas mais nous avions l’impression que nous n’avions pas le choix. Notre budget n’était pas très gros et forcément, là où nous voulions être, les tarifs étaient plus élevés donc les maisons ne correspondaient pas à ce que nous voulions (ex : 4 chambres en prévision de l’agrandissement futur de notre famille… Bon j’avais dit pas trop de détails…). Au bout de deux mois j’ai dit à Fabien « Choisis la maison, je suis fatiguée ». Mais Fabien l’était aussi par tous ces rendez vous, de réfléchir autant à ce qui serait le mieux, comment faire si on achète cette maison mais qu’il n’y a pas assez de chambres et ceci et cela… Finalement une petite semaine après nous avons compris. Ce n’était pas le temps de Dieu que nous achetions ! C’était juste une évidence lorsque nous l’avons réalisé et cela a provoqué un énorme soulagement ! Que de questions, de temps perdu et de fatigue pour finalement découvrir que ce n’était pas Sa volonté pour nous.

Mai 2011, un sentiment à commencé à naître en nous. Nous avions de nouveau envie d’acheter une maison. Quelque chose d’autre avait changé. Le processus de réforme de nos cœurs avait continué et nous formulions le « Que Ta volonté se fasse dans nos vies » d’une manière bien plus sérieuse. Il y a quand même quelque chose que je ne voulais pas : vivre à la campagne. J’étais née en ville, je m’y plaisais et franchement m’imaginer vivre dans un village ne m’attirait pas du tout contrairement à Fabien qui n’y était pas opposé.

Durant ce mois là, je lis « par hasard » quelques méditations d’un auteur de bande dessinées, Alain Auderset. Je n’ai aucune idée de là où il vit mais dans ce qu’il raconte, il parle d’une forêt dans laquelle il va à pieds depuis chez lui et où il aime prier. Je me mets à l’imaginer habitant dans un village, une forêt juste à côté et je me mets à rêver… Avec Fabien nous aimons beaucoup marcher et prier pendant ces temps ensemble, je nous y vois déjà. C’est alors qu’un désir complètement improbable monte en moi : Je veux habiter à la campagne près d’une forêt !

Lorsque Fabien rentre du travail je lui annonce, il n’en croit pas ses oreilles mais il est tout content !

Nous avons appris durant notre première expérience, que la recherche d’une maison avait engendré beaucoup de fatigue. Et nous étions convaincus d’une chose, le repos est en Christ ! Nous avons alors décidé de prier afin de savoir quel était le lieu où il désirait que nous nous installions. En effet, Dieu avait forcément une maison et un lieu précis prévu pour nous ! Quelle idée nous aurions d’aller courir les maisons, de nous casser la tête avec des questions comme « mais ici c’est trop loin du travail », « nous sommes bien éloignés de la famille », « la maison n’est pas assez comme ceci, pas assez comme cela, trop comme ci… ». Nous voulions apprendre à faire confiance dans le choix de Dieu pour nous !

Nous avons donc prié et nous avons reçu tous les deux le même village ! Incroyable non ? Mais vrai ! Un petit village de campagne avec une forêt ! Pour confirmer les choses, Fabien, très loin du géographe parfait (il pense que telle ville est à l’Ouest, telle ville à l’Est alors que c’est l’inverse) a reçu trois autres villages qui étaient dans le même secteur.

Dès le lendemain j’ai donc commencé à regarder les maisons sur ce secteur. Et dès que je vois la photo d’une maison sur le village que nous avions reçu, je me dis « wahou ». En regardant le prix je me dis aussi « wahou » (40 000€ de plus que ce que la banque nous a évalué comme possibilité… pour une maison à moins de 200 000€ ça fait beaucoup). Mais je ne résiste pas et je lis le descriptif et les photos et je me dis qu’elle est super, que c’est notre maison ! Cela parait complètement irréaliste mais j’avais une joie surnaturelle en moi ! Fabien, du lieu de son travail me disait que c’était beaucoup trop cher mais lorsqu’il rentre nous décidons de prier pour connaître la réponse de Dieu. A peine nous lui demandons « Dis nous si c’est cette maison », je ressens un « oui » énorme en moi au point que je me mets à pleurer, de joie. Fabien me regarde, il a reçu la même chose.

Dès le lendemain nous allons visiter la maison. Très honnêtement, le coup de cœur est beaucoup moins présent. Les photos l’avantageaient, des choses clochaient et n’étaient pas comme nous les aurions voulues, etc. Nous repartons un peu dépités et nous nous arrêtons avec la voiture sur le bord de la route. Nous avions besoin de la confirmation de Dieu. C’était une nouvelle prière d’abandon « Seigneur, si c’est la maison que tu veux pour nous, nous avons besoin que tu nous le confirmes » ? Nous ressentons de nouveau le « Oui » de Dieu mais aussi un étrange coup de cœur qui revient ! Je crois que le coup de coeur est simplement dans cette envie d’être là où Il le souhaite, de savoir que ce qu’Il veut pour nous sera toujours parfait.

Nous avons alors décidé de prier pour le prix que nous allions proposer. Souvent les gens fonctionnent ainsi : Ils ont un prix de la banque, ils donnent un prix inférieur en espérant gagner un peu puis quand cela se passe bien, les vendeurs acceptent ou font un effort sur le prix et les choses se confirment, ou pas. Nous nous ne voulions pas penser selon le monde mais selon l’Esprit. Alors nous avons prié pour recevoir le prix à proposer en se disant que même si c’était 20 000€ de plus que ce que la banque nous avait indiqué, Dieu conduirait les choses pour que cela se fasse. Nous avons reçu un prix de 5000€ de plus que notre budget… mais donc 35 000€ de moins que ce que les propriétaires en attendaient. Fabien les a appelé pour faire notre proposition… qu’ils ont refusée.

Nous ne comprenions pas le refus, pourtant nous avions bien reçu ? Nous n’avons pas rêvé, fabulé, halluciné ?…

Plusieurs jours après, nous décidons de les contacter pour leur dire que nous sommes vraiment intéressés mais toujours au même prix. Le propriétaire nous offre un deuxième refus. Il nous recontacte peu de temps après pour venir chez eux discuter. Nous y allons tous joyeux, nous sentons que les choses vont se confirmer. Quelle déception, ils acceptent de baisser un peu le prix mais nous devons augmenter notre proposition. Sûrs d’avoir bien reçu le montant d’achat de la part de Dieu, nous refusons. Nous nous quittons alors, ils nous souhaitent bon courage dans notre recherche, nous disent que nous trouverons autre chose mais de notre côté, c’est impossible, c’est La maison. Nous sommes en juin 2011.

Nous demandons alors un signe à Dieu afin qu’il nous confirme une fois de plus que c’est bien la maison qu’il a choisie.

Trois jours après, je croise « par hasard » sur le parking d’un grand centre commercial, la propriétaire. Nous discutons, pas de la maison mais, nous avons un bon contact et nous faisons un peu plus connaissance. En se séparant je le vois comme le signe du Père demandé, un encouragement : « Ayez confiance, c’est bien la maison que j’ai prévue pour vous ».

Sauf que le temps passe et rien ne se passe… Juin, juillet… Ca peut paraitre court mais pour nous c’était long et surtout déstabilisant. Nous avions du mal à rester dans le repos et nous doutions parfois. Mais durant cette période nous avions pourtant senti qu’Il nous disait de ne pas prier pour que le cœur des propriétaires fléchisse mais de simplement se réjouir de la maison qu’Il nous réserve.

Et puis en aout 2011 suite à quelques petits clins d’œil du Père, nous décidons de relancer les propriétaires, une dernière fois. Nous avions dit à Dieu que nous ne voulions pas nous entêter et que ce serait pour nous la dernière tentative. Nous leur avons envoyé un message en leur disant que nous étions toujours intéressés… au même prix !

La réponse est venue moins d’une heure après : le oui tant attendu !

Je me souviens encore de l’étonnement du notaire et des propriétaires lorsqu’ils ont appris lors de la signature, que nous n’avions visité aucune autre maison. Ca semble fou mais la folie de Dieu est plus sage que la sagesse des hommes !

Je sais que si nous sommes dans cette maison, ce village, c’est parce que Dieu a un plan bien précis. Une autre maison aurait sans doute pu convenir dans un autre village mais je suis sûre que nous sommes ou serons tous installés à des lieux bien précis, des endroits stratégiques. Je réalise aujourd’hui toute la dimension de ce verset « Moi et ma maison nous servirons l’Eternel », oui moi et ma maison (ma famille mais aussi le lieu où je vis) servirons l’Eternel. Je veux que ma maison soit un lieu ouvert, un lieu de bénédiction, une porte ouverte sur le ciel… Nous ne serons peut être pas toujours ici mais en tout cas aucun doute que nous ne sommes pas là « par hasard ».

Ce qui me semble essentiel à retirer de ce témoignage c’est que nous devons apprendre à ne pas fonctionner selon les principes et les habitudes de ce monde. Mais apprendre à fonctionner avec une « logique » céleste qui du coup peut sembler complètement illogique pour le monde et parfois pour nous aussi. Notre maison n’est peut être pas parfaite, oui elle a des défauts mais pour nous l’aimons car nous savons que notre place est ici et qu’elle a été choisie par Dieu.

 

J’espère que ce témoignage pourra vous encourager, dans des décisions à prendre quels que soient les domaines. Car oui, nous pouvons nous abandonner dans une confiance totale en Notre Père pour toutes choses.

4 réflexions au sujet de « Moi et ma maison, nous servirons l’Eternel »

  1. Bonjour et merci beaucoup pour ce témoignage.
    Quel encouragement ! Les pensées de Dieu sont insondables et ses plans sont surprenants !
    Comme nous sommes éprouvés….et comme Dieu est grand !
    Merci pour ces articles aussi

  2. Bonjour Claire, Fabien,

    Je suis la maman de Marc et belle mère de Noémie Gerber.
    J’ai eu envie de faire votre connaissance par le net suite aux quelques informations que Marc m’a données vous concernant et particulièrement le projet de vendre votre maison. Je vous souhaite d’être conduits autant que pour l’achat de cette maison.
    Je vous souhaite également d’être conduits et éclairés pour la suite de vos projets : habitat, sources de revenus, … .
    Que Dieu vous garde !

    • Merci Marlène pour ce message (et désolée pour le temps de réponse !). Merci aussi pour le bon plat auquel nous avons eu la joie de goûter lors de notre séjour.
      Nous sommes bénis de connaitre vos enfants.
      Au plaisir de se rencontrer une prochaine fois.

      Claire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *