Une facette peu connue de l’expérience intime de Christ…


Paul nous révèle un grand mystère concernant Christ et l’Eglise. Il compare cette union avec celle d’un mari et de sa femme.

Il y a une notion très forte dans les relations intimes entre une femme et son mari qui nous instruit profondément dans notre expérience du Christ vivant.

1) Cette réalité dans le couple, est aussi une réalité spirituelle.

Paul avertira les couples mariés de ne pas se refuser l’un à l’autre dans leur relation sexuelle en règle générale (sauf d’un commun accord pendant une période pour la prière).

1 Corinthiens 7: 3-5 « L’homme doit faire son devoir de mari envers sa femme, et la femme doit faire son devoir de femme envers son mari. La femme ne peut pas faire ce qu’elle veut de son corps : son corps est à son mari. Le mari ne peut pas faire ce qu’il veut de son corps : son corps est à sa femme. Ne refusez pas de vous unir l’un à l’autre. »

À travers ce conseil très pragmatique que Paul enseigne pour le couple, il existe cette même pratique spirituelle avec l’Esprit de Christ. Je m’explique, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit…

Il a été souvent traduit dans nos bibles le fait que Christ « a été livré », ou « s’est livré » pour nous. En général on y voit à raison, d’ailleurs, le sacrifice de Jésus à la croix. De même dans certains versets cette notion est souvent liée à l’Amour de Christ pour nous. J’aimerais souligner une autre facette de cette vérité qui nous conduit dans une relation plus intime du Christ.

Le mot grec qui a été souvent traduit par « livrer » est « paradidōmi » qui a également le sens de « abandonner, donner ». Par exemple dans Galates 2:20 :  » J’ai été crucifié avec Christ; et si je vis, ce n’est plus moi qui vis, c’est Christ qui vit en moi; si je vis maintenant dans la chair, je vis dans la foi au Fils de Dieu, qui m’a aimé et qui s’est donné lui-même pour moi« ,  ou bien Jean 3:16  » Dieu a tant aimé le monde qu’Il a donné son Fils unique au monde afin que quiconque croit en Lui ne périsse point, mais ait la Vie éternelle«  il n’est pas forcément parlé de Christ qui s’est livré à la croix, mais également du Christ qui s’est donné et continue de se donner Lui même dans sa Vie.

Le sacrifice de Christ n’implique pas seulement sa mort expiatoire, mais surtout sa Vie donnée, Sa Vie disponible, sa Vie consacrée et répandue dans son Corps.

1 Jean 4:9 « L’amour de Dieu envers nous a paru en ce que Dieu a envoyé son Fils unique dans le monde, afin que nous vivions par lui.« 

Galates 2:20 :  » … je vis dans la foi au Fils de Dieu, qui m’a aimé et qui s’est donné lui-même pour moi« 

1 Jean 4:9 comme Galates 2 :20 nous montrent le lien étroit entre l’Amour de Dieu avec le fait qu’il se donne Lui même dans sa Vie afin que nous vivions par Lui. Dans cet article je ne veux pas m’attarder sur la réalité spirituelle de « ce n’est plus moi qui vis mais Christ qui vit en moi ». Mais je reviens au verset où Paul demande aux couples de ne pas se refuser l’un à l’autre. Car il y’a une révélation intéressante d’une facette peu connue de notre union avec Christ.

Le fait de ne pas se refuser l’un à l’autre dans les relations sexuelles dans le cadre du mariage, révèle une réalité spirituelle avec Christ. Le fait qu’Il se donne à nous possède exactement cette même notion qui existe dans un couple de ne pas se refuser l’un à l’autre. Dans son Amour nous pouvons être convaincus qu’Il ne se refuse jamais à nous ! Sa Vie est toujours prête à être diffusée, à couler, à être saisie en nous de la même manière que notre conjoint ou conjointe par amour se donne sans se refuser dans nos relations intimes. Dans le cadre du mariage on se doute que ce n’est pas au travers d’un amour froid et intellectuel, mais dans un amour passionné et entier que l’on vit cette intimité. De la même façon notre Bien Aimé se donne avec passion et entièrement. Il ne se refuse pas ! Il ne s’isole pas pendant un moment pour prier… Il n’a pas non plus une baisse de sentiment ou d’amour qui L’abstiendrait de rendre disponible sa Vie en nous. Dans notre besoin constant de tirer notre Vie de Lui, il demeure à chaque moment ouvert et disponible. Nous pouvons nous reposer en Son Amour absolu qui nous assure qu’instant après instant nous sommes les bienvenus pour se saisir de Lui dans notre union en esprit.

2) L’union sexuelle, une ombre de l’union spirituelle avec Christ.

Il est toujours délicat de parler du lien étroit entre les relations sexuelles concernant un couple et la dimension spirituelle avec le Seigneur, notre Bien Aimé. Pourtant Le cantique des cantiques est certainement le plus beau livre de la Bible concernant cette intimité. L’union physique entre un homme et une femme dans le mariage est une ombre de la réalité spirituelle que nous vivons dans le Christ. Dans une intelligence délivrée de notion dépravée de la sexualité, cette réalité spirituelle de l’Amour de Christ nous conduit à une vision de plus en plus libérée d’une compréhension théologique et froide, religieuse et étriquée…

Cantique 7:10 « Je suis à mon bien–aimé, et son désir se porte vers moi. »

Cantique 1:16 « Que tu es beau, mon bien–aimé, que tu es doux ! Notre lit, c’est la verdure. »

En hébreux « tesh-oo-kaw’ » a été traduit « désir », et a également la signification « désir ardent, besoin impétueux » envers un homme ou une femme.

Dans la version Chouraqui de la bible le terme en hébreux pour la « connaissance expérimentale » a été traduit par « pénétration ». Par exemple dans 2 Pierre 1:2 « Grâce et paix à vous, multipliés par la pleine pénétration d’Elohîms (Dieu) et de Iéshoua (Christ) , notre Adôn (Seigneur). » La connaissance expérimentale n’est jamais cérébrale mais implique cette dimension de « pénétrer » l’intimité spirituelle de l’Esprit de Christ.

Il y a un verset de Paul qui précise une manière d’appréhender cette union spirituelle représentée par l’image de l’intimité sexuelle.

1 Corinthiens 16:13  « Veillez, demeurez fermes dans la foi, soyez des hommes, fortifiez-vous. »

Paul parle de cette manière à l’Eglise de Corinthe alors qu’il y avait aussi des femmes. Pourtant Paul leur dira quand même « soyez des hommes »… Dans la dimension spirituelle avec Christ, nous avons deux facettes de vivre cette intimité. La facette « masculine » correspond à saisir, à pénétrer la Grâce de Christ. C’est l’opposé d’être dans un état passif de réception, qui concerne plutôt la dimension féminine dans notre relation avec Lui. Nous avons les deux facettes à vivre avec Christ.

Christ ne se refuse jamais dans cette dimension masculine de Le saisir, de pénétrer Sa Vie dans le Saint Esprit en nous. Là il n’est pas question d’attendre passivement sa Vie. Mais au contraire il s’agit de compter sur l’Amour de notre Christ pour être certain qu’Il se donne continuellement et pleinement. Encore faut-il se mettre en action dans la foi pour saisir et vivre Sa Vie en nous !

Je prie que notre intelligence soit purifiée de toutes souillures et impuretés concernant l’intimité sexuelle, afin que nous ayons une vision nette de cette dimension spirituelle dans notre union avec Christ ! Je prie que L’Esprit de révélation nous ouvre les yeux pour désirer conquérir, saisir, et rentrer dans l’expérience de l’Esprit de Vie, Christ en nous. Connaître Notre Bien Aimé, n’est pas un beau roman biblique, mais implique dans l’Esprit une réelle expérience de l’union avec Lui, tout comme on pourrait s’y attendre « physiquement » concernant un couple marié !…

17 réponses sur “Une facette peu connue de l’expérience intime de Christ…”

  1. Excellent.
    La pensée autours du concept qu’il se livre à nous est superbe.
    Qu’on se livre à Lui ne l’est pas moins.
    Tout un programme à vivre, faire de lui nos délices et lui nous donne ce que notre cœur désire, le principe de la communion, d’être communs, d’être comme un.
    Dommage pour ceux qui vivent comme ayant fait vœu de chasteté spirituelle.

  2. T’a vu, le « soyez des hommes » n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd 😉

    Et bien trouvé « le voeu de chasteté spirituelle » ! Après tout pour répondre à ce commandement de « se multiplier et d’être fécond », dans le naturel comme dans le spirituel c’est plus facile à deux… 😉

  3. Et oui, bien vu!
    Allez je vais oser, on pourrait parler de la religiosité comme de masturbation spirituelle, il y a excitation devant une image mais pas avec la réalité, il y a une recherche de plaisir personnel et non de communion partagée.
    Du coup on trouve des frustrés, des obsédés textuels, des maladifs des tordus mais très peu d’épanouissement.
    Bon j’arrête là mais c’est vrai que l’on pourrait développer plus loin l’analogie.

  4. Honnêtement je me suis demandé si je validais ton commentaire 😉

    Plus sérieusement t’as raison, c’est très parlant !… Et ça me fait penser à une « drôle » d’histoire dans la bible…Celle d’Onân qui devait donner une descendance à Tamar. Pour éviter ça, il laissait tomber sa semence à terre ! Au final il fut puni de mort…(Gn 38:8-10)

    Je me demande si cette histoire pourrait être une certaine image de la réalité spirituelle…Avec la semence spirituelle qui peut féconder ou rester stérile sans intimité, et où la conséquence du plaisir personnel (comme tu le décris) sans vraie relation avec Christ mène à la mort spirituelle…et non à la Vie.

    J’espère que tu n’iras pas plus loin dans l’analogie 😉

  5. Très bien !!!!
    Effectivement cette notion d’imtimé est souvent tabou. Nous n’osons pas en parler, mais nous devons avoir une relation intime avec notre Seigneur ! Qu’est-ce qu’une relation intime, et bien tu le dis très bien Fab, cette comparaison est exacte et nous devons le comprendre.
    J’aime ce que Paddy précise également et oui qu’est-ce que nous avons dans nos église? Mais surtout qu’elle est la forme de relation intime que nous enseignons??? Tu as tout dis Paddy !!!
    Merci à toi Fab

  6. Shalom

    La relation conjugale est  » réservée  » dans la Pensée de Dieu, au couple dans une Alliance de Mariage et elle n’est QUE l’expression de l’Unité que Dieu a accomplie par un Acte Divin, Surnaturel, Unique à l’ouïe des Paroles d’Alliance échangées par un homme et une femme, libres – serment et promesse.

    je te cite : L’union sexuelle, une ombre de l’union spirituelle avec Christ.

    Je ne le crois pas !

    La sexualité – telle que nous la connaissons – a été initiée par le Serpent dans le Jardin d’Eden. Si Dieu l’a « permise » ensuite – eu égard à l’impudicité comme le dit Paul, ce n’est certainement pas la Voie par excellence de l’Union spirituelle avec Christ.

    Certes, la relation conjugale est nommée ainsi par les Ecritures : L’homme CONNUT sa femme… et le verbe connaitre en hébreu est utilisé aussi dans les Ecritures pour parler de la Connaissance spirituelle de l’Eternel.

     » Celui qui est unit au Seigneur est un SEUL ESPRIT avec LUI.  » Notre Unité spirituelle avec notre Tête est donc spirituelle et pas sexuelle. Un couple en Alliance expérimente au niveau des corps cette unité mais cette unité exige déjà au niveau des esprits et en principe au niveau des âmes.

    Je crois que l’Epoux par son Saint Esprit désire « pénétrer » l’Eglise : le Corps – en entier – doit pouvoir jouir de toutes les crisses spirituelle qui sont Siennes.

    Je confirme aussi ce que Paddy a écrit concernant la « masturbation spirituelle » : la recherche du plaisir solitaire… (passons de suite dans les choses spirituelles : ma compréhension personnelle de telle ou telle vérité me comble moi tout seul et surtout ne venez pas me remettre en question….) m’empêche de vivre ce partage de la Communion c’est à dire  » être unis dans la mise en commun de notre Tête et de Ses Pensées ».

    Enfin pour comprendre la sexualité humaine et ses déviations actuelles, il faut revenir AU COMMENCEMENT et en entendre MAIS MOI JE VOUS DIS !

    1. Malheureusement tu interprètes encore de travers mes propos…
      Bien sûr qu’il ne s’agit pas d’une « union sexuelle » avec le Seigneur… Je répète il s’agit d’une ombre, une représentation, un symbole révélant une réalité spirituelle qui est en effet une union dans l’esprit avec le Bien aimé. (Eph 5:31-32)

      1. … la communication reste effectivement difficile entre nous, car c’est justement ce que tu dis :  » une ombre, une représentation, un symbole révélant une réalité spirituelle qui est en effet une union dans l’esprit avec le Bien aimé.  » que je réfute ! Mais tu ne l’as pas compris… Alors je vais essayer d’être plus claire sachant que Seul l’Esprit de Dieu peut te révéler cela.

        La relation conjugale N’EST PAS « ombre, type , symbole ou représentation de la réalité spirituelle de l’Union avec Christ  » ! Elle en est la conséquence ; Elle est une expression corporelle d’un Fait accompli : DIEU a « collé » et c’est le mot hébreu qui a ce sens, les époux avec Sa Colle forte et de deux êtres Il n’en a fait plus qu’ UN SEUL ÊTRE et cette intimité est  » expérimentée  » par les corps dans l’acte conjugal. C’est l’expérience de la Jouissance, de la Plénitude qui atteste l’Union que Dieu a accomplie et…. pas l’inverse ! C’est affirmer cela qui n’est pas juste. Sana relation conjugale, le mariage EST mariage, c’est-à-dire ALLIANCE de SANG, puisqu’une Alliance est basée sur un engagement de PAROLES.

        Genèse 2 , 24 est toujours compris comme étant la relation conjugale : mais cela n’est pas correct et c’est démontrer simplement la méconnaissance de ce qu’est l’Alliance de Sang (le Mariage) qui est fondé, basé sur des PAROLES – puissantes s’il en est, le Serment et la Promesse. La relation conjugale NE FONDE PAS LE MARIAGE (il faut simplement lire l’histoire de Joseph et Marie).

        Nous sommes faits à l’image de Dieu qui a créé le monde et soutient toutes choses par LA PAROLE de Sa PUISSANCE. Nos paroles sont « pesantes » dans le spirituel, car par elles nous seront jugés ! Nos engagements d’Alliance ont valeur d’inviolabilité devant Dieu.

        Tu as compris de façon complètement inadéquate mes propos.
        La sexualité ne fonde pas la relation d’Alliance. Ce sont les Paroles qui ont cette puissance là et seule la mort a la capacité de pouvoir briser. S’il te plaît prends le temps de lire et entrer dans la pensée exprimée…

        L’ Église – le Corps – et Christ – la Tête, sont dans une UNITÉ ORGANIQUE SPIRITUELLE.

        Cette réalité ne peut être typifiée ou imagée par la relation conjugale, car encore une fois la sexualité n’a jamais été le moyen de bénédiction (multiplication) de l’homme.

        1. Je comprends ce que tu veux dire. Mais je ne partage pas tout ton point de vue.

          D’abord je suis complètement d’accord avec le fait que l’alliance du mariage est fondamentalement basée sur un engagement de paroles – le fait de prêter serment.

          Par contre prendre l’exemple de Marie et Joseph pour dire que la relation sexuelle n’est pas fondamentale dans le mariage n’est pas vraiment juste. Parce que bibliquement les fiançailles constitue un engagement total, elle est la 1ère étape du mariage, c’est à dire sans les relations sexuelles. La fiancée est déjà appelée la femme de l’homme à laquelle elle est fiancée. (Dt 22:24-24). C’est ainsi que Joseph fut appelé « mari » de Marie bien qu’il n’avait pas encore eu d’union sexuelle avec Marie.

          Donc je ne suis pas d’accord lorsque tu dis : « Sans relation conjugale, le mariage EST mariage, « , puisque le mariage dans son état complet, implique également l’union sexuelle, elle fait partie des conditions de l’alliance. Après je n’ai pas dit non plus que l’union sexuelle était la base fondamentale d’un mariage, mais en tout cas elle en fait pleinement partie.

          Et oui je confirme que l’union sexuelle fait partie d’une ombre concernant une réalité spirituelle d’union avec Christ. Elle n’est pas la seule bien sûr, mais l’union sexuelle révèle une facette de l’intimité continuelle avec Christ.

          Et j’ai encore plus de difficulté à percevoir un autre moyen que celui de l’union sexuelle lorsqu’il s’agit « d’être fécond, de se multiplier »… mais je manque certainement d’imagination 😉

  7. Le verset 25 de Matthieu 1 est pourtant clair ! Marie et Joseph sont restés dans une cohabitation sans relations conjugales pendant plus d’une année – si tu comptes le temps de la grossesse et le temps de la purification de Marie selon la loi de Moïse.

    La sexualité ne peut PAS être l’ombre de la réalité spirituelle de l’union avec Christ, car les célibataires chastes en seraient donc exclus.

    Non, je ne crois pas que tu manques d’imagination, mais de révélation de la Nature de Dieu ! Dieu est Esprit… L’homme naturel ne reçoit pas les Choses de l’Esprit.

    Il y a deux exemples évidents (pour celui qui lit dans l’Esprit) dans les Ecritures :
    – celui d’Isaac né selon l’Esprit Cf. Galates 4, 29
    – celui de Jésus né par le Saint Esprit – Cf. Luc 1, 35

    N’as-tu jamais trouvé surprenant que Dieu demande  » d’être fécond et de se multiplier  » et pourtant dise dans le Lévitique que la relation conjugale est une souillure ? (Ils seront impurs jusqu’au soir…)

    Ton intellect et ta rationalité ne pourront jamais recevoir les Choses de l’esprit car ils ne le peuvent pas….

    1. Soit rassurée pour les célibataires…ce n’est pas parce qu’on ne vit pas une ombre d’une réalité spirituelle, que nous en sommes exclus 🙂
      Heureusement pour moi et d’autres d’ailleurs que nous ne sommes pas exclus des réalités spirituelles, par exemple du vrai sabbat, Christ, parce que nous n’aurions jamais participé au fête juive ou au sabbat de l’ancienne alliance…(Col 2:16-17)

      Je ne partage pas la façon dont tu interprètes le passage de Ga 4:29…l’expression « celui qui était né selon l’Esprit » est en rapport avec le verset « celui de la femme libre naquit en vertu de la promesse. ». Dieu avait promis Isaac à Abraham et Sara, c’est en cela qu’on peut l’appeler « fils de la promesse » ou « né selon l’Esprit ». Car l’Esprit a vivifié Abraham et Sara pour concevoir Isaac. Sinon Abraham n’aurait pas eu besoin de ne pas « faiblir dans la foi, il ne considéra point que son corps était déjà usé, puisqu’il avait près de cent ans, et que Sara n’était plus en état d’avoir des enfants… »(Rm 4:19) Etre né selon l’Esprit, ne veut pas forcément dire être né PAR l’Esprit directement…Je ne pense donc pas qu’on puisse mettre l’exemple de la naissance de Jésus dans les mêmes conditions que celles d’Isaac. Mais ce n’est que mon avis !

      je te cite « Non, je ne crois pas que tu manques d’imagination, mais de révélation de la Nature de Dieu ! ». Effectivement je m’inquiéterai du jour où je penserai avoir la complète révélation.

      Je n’ai personnellement pas la conviction du fruit que porte nos échanges. En effet ça ne me pose pas de problème qu’on ne soit pas d’accord avec certains de mes articles, mais je n’ai pas forcément le temps d’argumenter les points de désaccords.

  8. La Promesse dont tu parles, faite à Abram est partie intégrante de l’Alliance que l’Eternel a conclue avec lui. Dieu s’est engagé « par Serment et par Promesse » avec lui. Cf. Hébreux.

    Si tu ne considères pas l’Alliance comme étant le centre de la Révélation de Dieu dans toutes les Ecritures, Son Trésor (psaume 25, 14), c’est sûr que tu vois la Promesse comme une simple chose, telle que nous le comprenons dans notre langage moderne, quelque chose qui est promis et qui arrivera donc certainement parce que Dieu est fidèle.

    Peu importe l’accord ou pas de ce que nous pensons, c’est la Pensée de l’Esprit qui nous mènera à l’Unité de la Foi. Mes réponses n’ont pas pour but de « pinailler » ou de chercher à avoir raison, mais la recherche de la Vérité de Dieu.

    Si tu n’es pas ouvert à cette recherche, cela te concerne et ce n’est pas à moi de te convaincre : Seul le Saint Esprit a cette prérogative ! heureusement.

    Les deux exemples de naissances selon l’Esprit dans la Bible sont toutes les deux des moyens qui nous sont donnés pour comprendre une réalité céleste (nous y voilà !) qui nous dépasse et confond notre intelligence naturelle.

    Comment donner naissance à un être humain sans l’acte sexuel ? Tu t’arrêtes là… mais tu juges de la chose de façon naturelle !

    Comment es-tu né d’En Haut ?
    Pas par la volonté de la chair, ni de celle de l’homme… mais de Dieu.

    Si tu es né d’En Haut, cela te parait clair et simple et tu le comprends uniquement par la Foi en la Puissance e Dieu qui tient le monde en son entier par le moyens de la Parole de Sa Puissance.

    La sexualité humaine n’a pas été initiée par Dieu (mais par le serpent en Eden), pourtant l’Ordre de multiplier leur avait été donné. Dieu avait donc en vue une « reproduction spirituelle » et non charnelle qui permettrait à l’homme de ramener la Terre sous l’Autorité de Dieu. Jésus Lui-même prophétiquement dira au Père : Me voici, Moi et les enfants que Tu m’as donnés !

    Si tu n’as pas le temps pour la recherche de la vérité, ne me réponds pas… ce sera plus simple car je ne veux pas discuter ou argumenter car c’est sans intérêt pour moi)

  9. … en ce qui concerne les fêtes juives, je ne vois pas la correspondance avec ce que nous disons. Les fêtes juives sont juives et le Nouveau Testament les appellent les Fêtes des JUIFS et elles ne reflètent certainement pas (ou plus) les  » Fêtes de l’Eternel  » qui elles, nous parlent de Christ et sont pour le monde entier. Dieu les a instituées comme  » Convocations et Rendes-vous  » selon l’hébreu le quatrième Jour de la Création.

    Quant au Shabbath il n’est pas non plus l’apanage du Juif mais le Shabbath appartient à l’Eternel… qui l’a donné à l’Homme : ce sont SES Shabbath !

    Il me semble que tu fais beaucoup de confusion et c’est dommage car tu te prives de grandes richesses spirituelles par réaction anti-juive (car cela fait plusieurs fois que tu fais allusion à cela)

    Les Ecritures ne sont pas le judaïsme – même si le judaïsme s’appuie sur les Ecritures ! Si tu rejettes les Ecritures, parce que la Loi de Moïse n’a plus cours depuis la Pentecôte, tu te prives de connaitre et de la compréhension de la Pensée de Dieu, du Grand JE SUIS. Quand je dis « les Ecritures » je parle de l’Ancien Testament et non ce que nous appelons de nos jours la Bible.

    Pour revenir à ta pensée  » Heureusement pour moi et d’autres d’ailleurs que nous ne sommes pas exclus du vrai Sabbat, Christ, parce que nous n’avons jamais participé aux fêtes juives, au sabbat juif par exemple…  » cela n’a pas de sens… Participer à une tradition humaine pourrait-il nous faire entrer dans la Vraie Vie ?

    En tant que célibataire chrétien, je peux expérimenter cette Union à Christ car c’est Dieu Lui-même qui m’a unit à Lui et la vie de l’Esprit du Corps me garde vivant à Dieu.

    Il en est de même pour chaque conjoint d’un couple en Alliance. La différence, c’est la sexualité que Dieu a « permise » dans ce cadre-là, non pour démontrer cette Union spirituelle au Christ – qui est le propre de l’individu – mais pour attester de l’intimité de Christ et de Son Eglise.

    Ne renverse pas la donne : la sexualité n’est pas première mais seconde comme expérience de l’Unité que Dieu a faite, mais elle n’est pas témoignage d’une Réalité Céleste qui serait réservée au couple – car Dieu ne l’a jamais voulue ainsi. Le Serpent l’a perverti.

    Que Dieu ouvre tes yeux spirituels pour comprendre Sa Pensée !

    Shalom… ( que la Paix de Dieu soit sur toi et rayonne au travers de toi )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.