Connaissance & Crainte de Dieu

 

 » Et l’esprit de l’Éternel reposera sur lui, l’esprit de sagesse et d’intelligence, l’esprit de conseil et de force, l’esprit de connaissance et de crainte de l’Éternel. Il prendra son plaisir dans la crainte de l’Éternel… » (Esaïe 11:2-3)

Je concluais dans ma dernière vidéo “Que ce Lieu est Terrible avec un sujet que je crois être sur le cœur de Dieu pour nous. Je préviens que ce sujet n’est pas des plus tendance, ou si malheureusement tel était le cas pour vous, ce même sujet est souvent utilisé à mauvais escient pour renforcer et justifier le contrôle et le joug religieux.

Cependant, j’aimerais, avec cet article, mettre en contraste un aspect qui me paraît, aujourd’hui, capital dans notre relation avec YHWH, et libre de l’imitation nauséabonde de l’esprit religieux qui a discrédité ce même sujet.

La Crainte de L’Éternel

“Et l’esprit de l’Éternel reposera sur lui, l’esprit de sagesse et d’intelligence, l’esprit de conseil et de force, l’esprit de connaissance et de crainte de l’Éternel.” (Esaïe 11:1)

Lorsque Esaïe prophétise les paroles citées ci-dessus, l’Esprit décrit clairement le Christ. Cette portion des Écritures – d’Ésaïe 11:1 à Ésaïe 11:10 – concerne sans hésitation l’œuvre et la personne de Jésus Christ. Nous verrons, par la suite, que la vision de l’apôtre Jean, des sept torches flamboyantes devant le trône de Dieu (Ap 4:5), comme étant aussi les 7 cornes et les 7 yeux de l’Agneau immolé, semblent être les 7 esprits décrits ci-dessus dans Esaïe 11:2.

Avant tout, je souhaiterais zoomer sur une partie de ce verset qui m’a particulièrement troublé il y a quelque temps, lorsque le prophète écrit » … l’esprit de la connaissance et de la crainte de l’Éternel ».
Pourquoi former ce couple de la connaissance de Dieu et la crainte de Dieu ? La suite des paroles d’Esaïe semble renforcer l’importance de cette crainte de l’Éternel. En effet, nous lisons ensuite que Jésus « prendra son plaisir dans la crainte de l’Éternel » (Es 11:3).
En hébreu, le sens « de prendre son plaisir » dans ce verset est un terme hébraïque rarement utilisé dans l’Ancien Testament. Il veut littéralement dire « sentir », « respirer », « se sentir apaisé ». En fait, ce terme est utilisé lorsque l’Éternel était apaisé et satisfait avec le parfum de certaines offrandes.
(Gn 8:21, Lv 26:31) Jésus était sensible, respirait, était satisfait avec la crainte de l’Éternel. Si Jésus vivait ce lien si vital avec l’esprit de la crainte de l’Éternel, peut-être aurions-nous besoin de le vivre également ?

La suite du verset nous décrit les fruits de cette relation de délice et de satisfaction entre Jésus et l’esprit de crainte de l’Éternel : « … prendra son plaisir dans la crainte de l’Éternel, tellement qu’il ne jugera pas d’après l’apparence, et ne décidera pas sur un ouï-dire. Mais il jugera avec justice les petits, et décidera avec droiture pour les malheureux du pays. Il frappera la terre de sa parole, comme d’une verge, et fera mourir le méchant par le souffle de ses lèvres. La justice sera la ceinture de ses reins, et la vérité sera la ceinture de ses flancs. » (Esaïe 11:3-5)
C’est exactement le sens des propos de Jésus lorsqu’il dit qu’il ne fait rien et ne juge personne de sa propre initiative, mais seulement à travers ce que le Père lui montre et lui dit (Jn 5:19-30). Nous poursuivons tous cette même relation de dépendance et de révélation entre le Fils et le Père qui inclut tout particulièrement « l’esprit de connaissance et de crainte de l’Éternel ».

Ce que la crainte de Dieu n’est pas

En méditant sur ce sujet, j’avais le profond sentiment que nous avons perdu cette révélation et cette expérience du mariage inspiré et préservateur entre la connaissance et la crainte de Dieu. Je crois que l’esprit de crainte de l’Éternel peut nous enseigner les trésors de sagesse et de prudence dans notre relation à YHWH. C’est aussi notre héritage en Christ. En m’incluant moi-même, je suis persuadé que bien des erreurs dans l’enseignement sont en partie liées à l’inexpérience de la crainte de l’Éternel.

Et si la connaissance de Dieu dont parle ce verset (nous verrons par la suite sa signification hébraïque) était particulièrement dépendante et équilibrée grâce à la crainte de Dieu ?
Et si cette connaissance pouvait devenir déréglée et dangereuse sans l’expérience personnelle de la crainte de YHVH ?
Et si la connaissance de l’amour de Dieu sans la crainte de Dieu devenait comme une voie peu à peu glissante ?

Il me semble que c’est une erreur d’estimer incompatibles l’amour de Dieu et la crainte de Dieu. Bien souvent, nous faisons cette erreur par ignorance de ce qu’est la crainte de Dieu sans qu’elle soit utilisée par la religion.

Je voudrais poser quelques bases avant d’aller plus loin, pour éviter certaines confusions à la lumière de la Nouvelle Alliance pour ceux qui en sont au bénéfice :

La crainte de l’Éternel n’est pas incompatible avec l’amour de Dieu.
La crainte de l’Éternel n’est pas un prétexte de séparation entre Dieu et nous.
La crainte de l’Éternel n’est pas en opposition avec l’assurance de notre place devant Dieu.
La crainte de l’Éternel ne contredit pas le don de la justice que nous avons reçu en Christ.
La crainte de l’Éternel n’est pas révolue depuis la Nouvelle Alliance.
La crainte de l’Éternel n’est pas la peur que nous ressentons d’une manière générale, à cause de l’insécurité ou de la menace.
La crainte de l’Éternel n’induit pas la peur d’être puni par Dieu.

En résumé, la crainte de l’Éternel est pour nous, et non contre nous.

L’esprit de crainte de Dieu ou l’esprit religieux

Lorsque nous abordons l’esprit de crainte de Dieu, nous le confondons souvent avec l’esprit religieux. Si bien qu’aujourd’hui, nous pouvons rencontrer des enfants de Dieu assujettis à l’esprit religieux, sans même qu’ils le réalisent. Et, à l’extrême opposé, des enfants de Dieu ignorant l’expérience de la crainte de Dieu. Ces deux scénarios sont un danger dans notre saine croissance vers la maturité de Christ.

L’esprit religieux nous donne une impression de relation avec Dieu à travers ce que nous devons faire ou ce que nous devons respecter, mais il ne nous introduit pas dans l’expérience vivante et parfois déstabilisante de rencontre et d’union avec la Trinité. L’esprit religieux se déguise en crainte de Dieu, en développant en nous une mentalité et un sentiment de distance infranchissable entre Dieu et nous : nous n’en ferons jamais assez, nous ne sommes pas assez bons, nous sommes pécheurs, nous ne sommes pas si agréables à Dieu, nous ne sommes pas assez saints, nous n’avons pas vraiment sa nature en nous, etc.
L’esprit religieux attaque sournoisement notre identité par le biais de nos actions. Ex. : si tu pèches alors tu es un pécheur. Ainsi, cet esprit religieux enracine une crainte, une méfiance, une insécurité, un sentiment de distance constant entre Dieu et soi-même.
Enfin, l’esprit religieux sabotera toujours l’assurance de notre union avec Dieu en Christ. C’est justement le strict opposé de l’esprit de crainte de l’Éternel.

Première conclusion

Pour conclure ce premier article, et donner un peu de grains à moudre, l’esprit de crainte de l’Éternel est un enseignant, entre autres, de notre union avec Dieu en Christ. Il se vit uniquement à travers notre relation avec Dieu. L’esprit de crainte de l’Éternel travaille à la maturité, à la stature des fils et filles de Dieu que nous sommes en Christ. Plus l’amour de Dieu nous cerne, plus nous nous abandonnons à la Majesté divine, au feu consumant qu’Il est, plus l’esprit de crainte de l’Éternel se découvre.
La crainte de Dieu est indispensable à beaucoup de révélations que Dieu veut déverser au sein de son peuple. À l’image de l’apôtre Jean qui fut capable de porter une vision terrifiante de son Bien-Aimé, d’où sortait de sa bouche, une épée à double tranchant, où ses yeux étaient une flamme de feu et où ses pieds étaient embrasés comme une fournaise ! (Ap 1:12-17). Ce type de rencontre nécessite l’esprit de connaissance et de crainte de l’Éternel  !

Nous continuerons dans un prochain article pour développer ce qu’est la crainte de l’Éternel et pourquoi au sein de la Nouvelle Alliance, elle reste essentielle dans les temps que nous traversons pour la connaissance que YHWH a en réserve pour nous.

Retrouver cet article disponible en Audio sur Apple Podcasts, Spotify Podcasts et Google Podcasts !

2 réponses sur “Connaissance & Crainte de Dieu”

  1. Merci Fabien !
    Quel article pertinent ! Et effectivement, il donne du grain à moudre 😉
    Et ce que ça m’inspire et que j’ai presque envie de dire (un peu à la façon du passage de 1 Corinthiens 8:1), c’est que l’esprit religieux enfle, ou désenfle, (selon qu’il peut nous faire enfler d’orgueil, ou nous faire nous dégonfler par la peur 😅), mais qu’en revanche, l’esprit de crainte de l’Eternel ÉDIFIE !!
    Bises les amis !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.