Offensive Joy (joie) !

Offensive joyLa joie enivrante est une vertu de Dieu appartenant à ses enfants ! Elle fait partie de la vie normale de ses fils et filles ! Car Dieu est un Dieu bienheureux et joyeux !

Certes, nous ne marchons pas par les sentiments ou par les émotions, mais par la foi. Mais la bonne nouvelle, c’est qu’à travers la foi nous goûtons, savourons, absorbons et buvons sans difficulté la joie de la nouvelle création que nous sommes en Christ !

Tout être humain soupire secrètement après une joie constante et profonde. Alors, pourquoi nous priver alors que nous en connaissons Sa Source ? Pensons-nous devoir ne pas être trop joyeux, nous, sobres chrétiens ? La joie de l’Éternel est notre force, sans elle nous restons sobrement faibles ! Puisque nous sommes dans le sein de Dieu en Christ, il est normal de recevoir aisément la joie en notre sein, car elle fait partie intégrante de notre vie intime et secrète : Christ.

Le jardin d’Eden, l’enclos des plaisirs est restauré pour nous. Notre paradis sur terre est littéralement Dieu, notre lieu de délice et de plaisir ! HUMMM. Et nous sommes nous-mêmes son lieu de délice et de plaisir ! Si nous percevions enfin la nouvelle création, le sanctuaire de gloire que nous sommes alors nous n’aurions aucun problème à percevoir le lieu de réjouissance et d’allégresse que nous sommes pour Lui. Si nous comprenons que Dieu, notre vie, est dans la réjouissance de sa demeure, alors nous participons naturellement à cette réjouissance !

Il nous a trouvés, et nous sommes trouvés en Christ ! C’est fait ! Comment le rater ? Et bien aussi surprenant soit-il, il nous arrive encore aujourd’hui de passer à côté de cette plénitude de vie que nous sommes corporellement pour Dieu ! Pourquoi ? Parce que nous ne croyons pas en qui nous sommes devenus en Lui. Parce que de notre bouche nous chantons facilement être une nouvelle création, mais sans réaliser et recevoir l’entièreté de cette nouvelle création ! Notre Père est bien le Père de l’entièreté de notre création que nous sommes en Christ, tout est tiré de Lui (2 corinthiens 5:18) ! Nous ne sommes pas l’ancienne création et la nouvelle en même temps ! NON ! L’ancien a été enseveli avec Christ, c’en est fini de cette histoire ! Pourrions-nous réaligner notre foi sur la vérité ? Celle qui nous déclare « vous êtes morts », « vous êtes crucifiés », « votre vieil homme est fini ». La croix de notre Seigneur Jésus Christ est la puissance mystérieuse de notre séparation du péché, de la maladie, du monde et de la mort !!

Les choses anciennes sont passées VOICI TOUTES CHOSES SONT DEVENUES NOUVELLES ! (2 corinthiens 5:17) BADABOOM ! C’est fait ! Ne serions-nous pas parfois un peu pessimistes concernant l’oeuvre de Jésus Christ ? Est-ce une semi-oeuvre ou une oeuvre parfaite que Jésus a accomplie ? Sommes-nous des demies-créatures renouvelées ou bien de nouvelles créations complètes ?
Nous sommes créés pour jouir constamment de Dieu ! Nous sommes crées, non pas pour nous fatiguer à chercher Dieu, nous sommes son Poème, son chef-d’oeuvre (Eph 2:10 « poíema en grec) pour chanter, louer, proclamer en vivant les richesses de sa beauté, bonté, amour et joie en abondance !

J’ai vécu une expérience dernièrement où la présence joyeuse de Dieu était particulièrement manifestée en moi, et je sentais Dieu me montrer que j’avais finalement peur de sa joie ! Effectivement, sa joie enivrante coule lorsque l’on abandonne notre fierté, notre dignité, notre réputation auprès des autres ! Nous pouvons avoir l’impression que c’est un trop grand prix, et pourtant lorsque la joie se libère… OUAH ! La conscience de sa présence en nous et autour de nous est tellement plus forte que rien ne nous impressionne ! Ce n’était pas la première expérience où je me retrouvais dans un véritable état de faiblesse dans mon corps, mais à l’intérieur de délice, d’amour et de joie plus je rentrais en Lui.

Aujourd’hui, je réalise à quel point c’est notre « droit » et « devoir » de nouvelle création de demeurer constamment dans cet état de joie – jouissant de Dieu.
Nous pourrions nous demander si cette joie explosive est toujours raisonnable en certaines circonstances. En tout cas, je me suis posé la question ! Et le verset qui m’est venu est celui où il est écrit : « Regardant à Jésus, l’auteur et le consommateur de la foi, qui, méprisant l’ignominie, dans la présence de la joie qui était fixée devant lui, a souffert la croix, et s’est assis à la droite du trône de Dieu. » (Hébreux 12:2)
OUAH ! Jésus, dans le moment le plus injuste de l’histoire des hommes, a méprisé la honte et supporté la souffrance de la croix grâce à la joie et dans la présence de la joie !

Cette joie spontanée, offensive et débordante de la fontaine d’eau vive – Christ en nous – n’est pas réservée aux prédicateurs un peu « fou-fous » ! Elle est l’héritage de la liberté glorieuse des enfants de Dieu. Plus nous entrons dans la foi simple de la complète nouvelle création que nous sommes, plus nous laissons de côté la lourdeur, la tristesse, la dépression du vieil homme resté à la croix ! VOICI les choses anciennes sont passées, la JOIE est désormais là !
J’aime l’aspect offensif de la joie ! Elle peut provoquer, déranger, agacer et en même temps changer complètement l’atmosphère d’un lieu ! À cause d’un lourd passif religieux, nous imaginons un côté très « raisonnable » lorsque Paul nous encourage à nous réjouir constamment en Dieu ! Alors que pourtant, Paul lui-même en 2 Corinthiens 5:13 dira qu’il est dans un état au-delà de la pensée dans une joie extatique (« exístemi » d’ou est tiré le mot « ekstasis ») à cause de Dieu, à cause de l’amour de Christ qui le presse ! Paul n’était pas un apôtre sobre de joie ! Bien au contraire ! La joie est une arme offensive, car elle affecte forcément les autres, elle ne peut pas laisser indifférent. Soit nous l’accueillons des autres et alors nous commençons à la vivre, soit elle nous irrite, car elle attaque de plein fouet ce qui n’est pas de Dieu en nous. Elle est offensive, car elle rend libre d’aimer sans crainte ! Elle permet d’aller vers l’autre sans peur !
Je voulais faire court pour cet article…donc je vais en rester là ! Il y a encore tellement à partager et à vivre concernant la nouvelle création et la joie… Je continuerai dans un prochain article !
Buvons à la source d’allégresse et de réjouissance ! C’est plus simple qu’on se l’imagine ! Après tout, Jésus ne nous inviterait pas à boire à ces sources, alors que le verre est vide !
Alors à la vôtre !

Ma joie, Jésus, c’est de m’approcher de tes fontaines de joie pour y recueillir ta joie, pour happer tes éclaboussures de joie et les garder dans mon coeur pour, un jour, les donner à mes frères. (Bernard de Clairvaux, 12ème siècle)

14 réponses sur “Offensive Joy (joie) !”

  1. Merci pour ce partage.

    J’y puise plusieurs choses importantes. Notamment ceci : « Le jardin d’Eden, l’enclos des plaisirs est restauré pour nous. Notre paradis sur terre est littéralement Dieu, notre lieu de délice et de plaisir ! HUMMM. Et nous sommes nous-mêmes son lieu de délice et de plaisir ! Si nous percevions enfin la nouvelle création, le sanctuaire de gloire que nous sommes alors nous n’aurions aucun problème à percevoir le lieu de réjouissance et d’allégresse que nous sommes pour Lui. Si nous comprenons que Dieu, notre vie, est dans la réjouissance de sa demeure, alors nous participons naturellement à cette réjouissance ! » que je vais méditer.

    « La conscience de sa présence en nous et autour de nous est tellement plus forte que rien ne nous impressionne !  » = Oui, j’ai aussi vécu cela par moment. Je me suis demandé si les apôtres le vivaient de manière plus constante ou plus répétitives ou plus intense, une conscience plus grande des réalités spirituelles, de l’oeuvre de Dieu, de la présence de Dieu. Et aussi comment je pourrais le vivre plus souvent. Je ne suis pas convaincu que ce soit la volonté de Dieu que ce soit permanent. Si les Ecritures nous appellent à la joie, elles nous relatent aussi des expériences de profondes souffrances, sans joie au sens émotionnelle, Job, Jésus à la croix, Paul lapidé, qui semble nécessaire pour nous faire évoluer dans la connaissance de Dieu. Paul torturé, battu, était-il à ce moment là dans la joie ? Est-ce un degré de vie spirituelle que je ne connais pas ou un fantasme chrétien ? N’oublions pas les autres textes des Ecritures… « … affligés pour un peu de temps afin de produire… » Je ne nie pas la joie pour autant.

    « Les choses anciennes sont passées VOICI TOUTES CHOSES SONT DEVENUES NOUVELLES ! (2 corinthiens 5:17) BADABOOM ! C’est fait ! Ne serions-nous pas parfois un peu pessimistes concernant l’oeuvre de Jésus Christ ? Est-ce une semi-oeuvre ou une oeuvre parfaite que Jésus a accomplie ? Sommes-nous des demies-créatures renouvelées ou bien de nouvelles créations complètes ? » = Il y a pourtant dans le grec, semble-t-il, une notion de mouvement en avant et non pas de passé statique comme le rend la traduction française. Toutes choses sont en train de devenir nouvelles me parait plus juste. Dans ce sens, Paul dit ailleurs « … jusqu’à ce que christ soit formé en vous… » et ailleurs « … jusqu’à la stature (ou la plénitude) de Christ… » Une transformation progressive de notre être sur la base d’une oeuvre accompli par Christ à la croix. Ce n’est pas notre transformation qui est accompli mais l’oeuvre qui la permet.

    L’une de nos erreurs pourra être de chercher alors la joie au lieu de chercher Christ. Si on a Christ, dans une présence effective et pas dans un concept ou une doctrine, alors on vit la paix, la joie, l’amour, etc. Mais si on cherche la joie pour la joie, on peut ne pas la trouver.

    « C’est plus simple qu’on se l’imagine !  » = dans ma vie personnelle, c’est plutôt difficile, entouré d’éléments extérieurs agressifs qui génèrent des émotions de peines, de souffrance répété, ponctuels, contre lesquels je lutte. Avec toujours un retour à des moments de joie. Dans tous les cas, la résurrection a le dernier mot.

    1. Bonjour Didier!
      Oui c’est vrai le questionnement est juste! D’ailleurs Jésus, notre modèle, n’est pas décrit comme étant constamment bougé par l’émotion joie. Il a été ému aux tripes, en colère sainte, attristé, il a pleuré etc… il a aussi tressailli de joie! (Ouf!)
      Bref, il a vécu en parfaite unité avec l’instant présent et ce que chaque situation révélait du Père. Effectivement on ne doit pas idolatrer le « bien-être  » mais en même temps, on a tellement pas l’habitude de proclamer l’état de jouissance en Christ, qui est réel, qu’on a besoin de se rappeler à quel point ça fait du bien 🙂 pour mieux accepter les autres émotions! Que la consolation et le rafraîchissement vous comble dans votre travail afin que vous puissiez goûter à la joie même au sein de la difficulté 🙂 Que toutes les émotions de notre vie soient restaurées et vécues dans l’unité avec le Saint-Esprit!

      Merci pour le partage!

      Noemie

    2. Merci Didier pour ton commentaire et Noémie pour ton retour ! C’est chouette cela permet de développer un peu plus le sujet.

      Voici mes réflexions : (désolé pour la longueur…)

      —– 1) Oh si la joie est un trésor permanent de la richesse de Sa vie 😉 Dieu est amour, de là découle tous les fruits dont la joie. Dieu est sans variation, les fruits de sa vie demeurent quelque soit la situation. Par exemple dans la vie de Dieu lorsque la compassion est plus particulièrement manifestée, cela ne veut pas dire qu’elle remplace la joie. Ses vertus ne se subsistent pas l’une à l’autre, mais plutôt se révèlent selon les circonstances.

      Nous voyons certaines faces du dé un jour, et d’autres le suivant ! Pour autant le dé est toujours composé du même nombre de facettes.

      Rapidement quelques versets, mais je t’encourage à faire ta recherche dans l’AT et le NT. Tu verras par toi même l’omniprésence de l’allégresse, de la joie, et de la réjouissance qui nous est promise avec constance ;-))
      1 Jean 1:4
      Et nous vous écrivons ces choses, afin que votre joie soit parfaite.
      Jean 15:11
      Je vous ai dit ces choses, afin que ma joie demeure en vous, et que votre joie soit parfaite.
      Jean 17:13
      Et maintenant je vais à toi, et je dis ces choses dans le monde, afin qu’ils aient ma joie accomplie en eux.
      Philippiens 4:4
      Réjouissez-vous toujours dans le Seigneur; je le dis encore: Réjouissez-vous.

      —- 2) Selon deux traductions de confiance ;
      Now observe: A new creation has come into being de la « The Idiomatic Translation of the New Testament » de William Graham MacDonald

      So that, assuming that anyone is in Christ, he is a creation new in quality. The antiquated, out-of-date things [which do not belong to the new life in Christ Jesus] have passed away. Behold, all things have become new in quality. « Wuest new testament »

      Le temps utilisé est le « perfect indicative active ». Ce temps indique que ce changement a eu lieu dans le passé à un point dans le temps et que les résultats ou les effets de ce changement persistent dans le présent. En gros, ce temps parle de la permanence de ce nouveau changement.
      D’ailleurs il n’y a pas une seule traduction anglaise qui a traduit avec l’idée que c’est en cours. Simplement parce qu’il s’agit bien d’une action dans le passé qui a toujours dans le présent ces effets ou ces conséquences.

      Bien sûr c’est par la foi qu’on expérimente ce qui est encore vrai aujourd’hui c’est à dire que toutes choses sont devenues nouvelles. En cela il peut s’agir d’une action en cours liée à notre foi qui saisit.

      Dans un prochain article je préciserai cette notion de temps concernant la perfection de notre nouvelle création et de sa gloire pleinement accomplie.

      Concernant la joie, c’est justement intéressant de cesser de séparer le donateur du don 😉 Si tu recherches la joie, sachant qu’elle EST Christ, aucune chance d’être dans l’erreur !

      —–3) Je comprends que l’environnement peut heurter la constance de la joie de Dieu. Pour autant nous sommes appelés à boire continuellement à ses délices en nous. Ce qui est intérieur est appelé à prévaloir sur ce qui est extérieur et cela d’une manière continuelle. C’est aussi l’espérance de la gloire, de notre « vocation ».

      Maintenant moi même dans un environnement différent que le tien, avec des d’autres défis je m’attache à préférer la joie plus que tout autre sentiment de « défaite ». Etre enivré de Lui en notre intérieur n’est pas censé être ponctuel, mais comme dit Paul « soyez puissamment rendu puissant afin que par la force de sa gloire vous soyez persévérant et patient AVEC TOUTE JOIE » Col 1:11 ! J’aime ce Paul ;-))

      1. Bonjour Fabien!

        Oui c’est merveilleux et…. encore si mystérieux pour moi 🙂 la joie Christ en toute circonstances! Amen!
        J’aime beaucoup l’image du dé 😉
        J’ai l’impression des fois de sentir que c’est là tout près mais pas encore totalement révélé pour ma vie… Merci pour ce partage qui donne faim et soif ^^!

      2. Bonjour Fabien,
        En lisant, relisant … ton billet et tous les commentaires qui sont tous très intéressants, il me semble qu’il manque une suite pour le compléter et l’ approfondir…
        J’ avoue que je reste un peu sur ma soif… ,-)
        Aussi, combien j’ai hâte de lire la suite…
        Tchin , Tchin ! 🙂

          1. Hello Fabien !
            How are you ?
            Je viens tout juste de lire ta réponse.
            C’est Super ! 🙂
            Je sens déjà la bonne odeur venant de la cuisine…( Miam Miam) 😉
            Je te comprends très bien concernant la longueur, il nous faut savoir
            prendre le temps de déguster et de savourer les excellents mets et boissons qui nous sont présentés…
            We take a drink…!
            Tchin, Tchin ! 😉

  2. Merci pour ses mets succulent de joie .je resumerais
    Christ en moi esperance de la gloire
    Christ en moi esperance de la joie
    Or la vie c est qu Il te connaisse toi Dieu le pere
    Or la joie c est de te connaitre comme je suis connu de toi en moi
    A bientot j ai un rendezvous avec LUI la joie en moi

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.