Vous avez un doute ?

vaguesdedoutesJe vais vous parler d’un sujet récurent chez nous : la guérison ! Oui oui, encore ! Bon vous pourrez comprendre que ce soit un thème qui nous tienne à cœur. C’était déjà le cas il y a quelques années, avant même que ce blog ne voit le jour. Mais depuis l’an dernier, avec l’arrivée de Lévi, ça l’est encore plus !

Pour illustrer cet article j’aimerai me servir de l’histoire de Pierre qui marche sur l’eau et de ce que nous vivons depuis cette dernière année. J’aime beaucoup cette histoire et le fait qu’on l’appelle généralement « Pierre qui marche sur l’eau » et non « Pierre qui coule ». Nous trouvons cette histoire dans Matthieu 14 v 24 à 32, vous pouvez aller la relire afin de vous remettre en tête le contexte et les échanges entre Pierre et Jésus.

Lorsque nous sommes confrontés à la maladie (mais vous pouvez si vous êtes face à une difficulté d’un autre type faire le même parallèle) nous pouvons nous sentir comme les disciples l’étaient sûrement, « perdus » au milieu de la nuit et de la mer agitée. Dans notre histoire personnelle, nous avons bien senti les rafales de vent et l’obscurité au travers d’émotions, de questions… Ca secoue !

J’aime le verset 25 où Jésus arrive vers eux, tout tranquillement. Les circonstances ne le déstabilisent pas. Dans les moments d’agitation il n’y a rien de pire que de regarder à quelqu’un qui est lui-même en proie à l’inquiétude ou d’autres émotions similaires ou négatives. Avec Fabien, c’est tout naturellement que nous avons regardé à Lui. Perdus au milieu de la mer agitée, nous savions que nous pouvions dévier nos regards des circonstances et fixer nos yeux sur la sérénité et la paix qu’Il est. C’est très efficace, c’est du vécu !

La suite me parle encore plus. J’ai envie d’appeler la suite de cette histoire «des pas de foi». Pierre demande à Jésus qu’Il lui ordonne d’aller vers Lui sur l’eau. Jésus lui dit « Viens ! ». Pierre sort alors de la barque et marche sur l’eau pour aller vers Jésus. Certains se seraient contentés d’applaudir « l’exploit » de Jésus en restant dans la barque, d’autres se seraient empressés de lui demander de les rejoindre et de calmer le vent mais Pierre lui a envie de goûter au miracle que ses yeux ont vu. Sortir de la barque n’est pas si évident que cela. Je suis convaincue, même si cela n’est pas écrit dans ce passage, que Jésus a aimé le pas (les pas !) de foi de Pierre. Il devait avoir confiance en Jésus (et donc commencé à le connaître) pour sortir de la barque et faire des pas vers Lui. Nous pourrions nous aussi nous dire comme d’autres : « c’est super ce que Jésus a fait pour untel j’aimerai vivre la même chose » et cependant rester dans la barque sans s’aventurer dans cet exercice de foi. Lorsque nous avons dit à Jésus « Oui nous avons confiance que tu as/es la guérison pour Lévi et nous voulons la/le saisir » c’est comme si nous avions fait cet acte de sortir de la barque.

Le verset 30 semble moins glorieux mais il est très instructif ! Pierre a eu peur car le vent était fort et il a commencé à s’enfoncer. Jésus le secourt et lui dit « Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté ? ». Pierre a détourné ses yeux de Jésus et a regardé aux circonstances et il a douté. Le chemin de la foi n’est pas toujours évident car les vagues et le vent ne s’arrêtent pas forcément et il y a alors de nombreuses occasions de douter. C’est comme si les vagues venaient pour essayer de nous déstabiliser et comme si le vent venait nous souffler des choses fausses et le doute s’empare de nous. Dieu veut s’occuper de nos doutes. Jésus fait le lien entre la foi et le doute, il ne les oppose pas. Il n’a pas dit à Pierre « Tu n’as pas de foi » mais « Tu as peu de foi », il en avait donc un peu ! Mais le doute fait qu’il a commencé à couler. Il a regardé à son doute plus qu’à Jésus.

Depuis ces derniers mois, nous avons-nous même été confrontés à des doutes. J’aimerai faire une liste de doutes que chacun peut rencontrer, en lien particulièrement avec la guérison divine. Le but de cet article n’est pas de faire une étude sur chaque doute et d’y apporter une réponse biblique mais plutôt de faire une liste non exhaustive afin de se rendre compte de tout ce qui peut nous faire perdre pied dans l’agitation de la mer…

Pour commencer, certains ne sortent même pas de la barque. Ca peut être ceux qui se disent : « Je sais que Dieu PEUT guérir ! Je sais que Dieu guérit encore aujourd’hui !… mais je ne sais pas s’il le VEUT ». Dans ce cas là, difficile d’oser même sortir de la barque et de commencer à faire des pas de foi ! Beaucoup même restent dans la barque en se disant « Si Dieu le veut, Il viendra me rejoindre, me chercher ». Pierre avait besoin que Jésus lui dise « Viens ! », c’est ce qui lui a permis de passer du « Il peut » à « Il veut ».

La bible dit que tout est possible à Dieu. Rares sont ceux qui dans une relation sincère avec Lui émettent ce doute là mais la notion de Sa volonté est généralement le premier frein à sortir de la barque et commencer à avancer vers le but de saisir la guérison. Il y a énormément de chrétiens qui prient pour la guérison en disant « Seigneur, si c’est ta volonté, guéris moi/ guéris le ». Le « si c’est ta volonté » n’est pas toujours prononcé dans la prière mais il est bien présent dans les conceptions. Ce n’est alors pas une foi complète dans le Père : c’est un doute.

Une fois que le doute est « levé » sur la notion de Sa volonté, on peut alors commencer à réellement avancer. Après avoir réalisé que «Oui, il VEUT», il faut alors se projeter dans le «Il VA».

Voici d’autres exemples de doutes qui peuvent intervenir :

– C’est trop grand pour que ça m’arrive à moi ! C’est trop incroyable et il y aura forcément des conséquences autour suite à ce miracle ! : On doute que notre Papa veut nous bénir pleinement et qu’il y puisse y avoir des répercussions positives pour nous et pour les autres !!

– Est-ce bien le temps de Dieu ? : Il y aurait donc une notion de temps qu’Il aurait choisie pour que la guérison se produise. On prie donc en pensant que ça sera peut être maintenant… ou peut être pas ! On doute que Dieu veut guérir ICI et MAINTENANT.

– Ce n’est peut être pas le bon endroit, la bonne réunion, les bonnes personnes. On peut croire qu’il y a besoin d’un cadre particulier, d’une ambiance particulière, de personnes choisies pour que la guérison se manifeste. Autant de conceptions qui limitent le champ d’action de Dieu.

– Est-ce que je le mérite ? Est-ce que j’en suis digne ?

– Je n’ai peut être pas suffisamment de connaissances dans le sujet de la guérison ?

– Est-ce une sorte de discipline de Dieu pour moi ?

– J’ai déjà prié plusieurs fois pour cela mais rien ne s’est passé, pourquoi est-ce que ça se produirait cette fois-ci ?

– J’ai trop de doutes !! Est-ce que cela ne va pas empêcher la guérison ?

Mais alors que faire de tous ces doutes ?? Comment ne pas couler ? Comment se saisir de ce qui est à portée de main ?

Il y a quelques temps j’ai assisté à un enseignement de Patrick Fontaine sur les doutes. Il expliquait qu’il fallait que les doutes soient déracinés. Je me souviens que suite à cet enseignement je me sentais surtout face à mes incertitudes. Je n’avais pas d’inquiétudes sur le fait que Dieu voulait et allait guérir mon fils mais la notion de quand, où, comment, par quel moyen, qu’est-ce que je devais faire n’était pas complètement réglée ! Cet enseignement est très positif, il est nécessaire et nous permet d’être conscients de ce qui nous amène à être comme Pierre « un homme/femme de peu de foi ». Il n’y avait pas de réponse mais encore des questions « comment vas-Tu t’y prendre Papa pour déraciner tous ces doutes ? ».

La clé principale qui est à l’œuvre en nous dans cette incroyable aventure et cette marche sur l’eau c’est l’AMOUR. Oui, je sais, c’est « bateau » ( 😉 )

C’est pourtant dans cette simple mais si profonde réponse qu’Il nous entraîne ces derniers mois.

Si nous faisons la liste de nos doutes et que nous regardons à Son amour, Sa bonté et Sa grâce, on s’aperçoit rapidement qu’ils sont incompatibles ! Nous doutons de Lui, nous doutons de Son amour. Il nous faut tout simplement plus de révélation de l’Amour Fou qu’Il est et qu’Il veut manifester de façon incroyable dans nos vies et dans la vie de ceux qui nous entourent.

A ce jour il me reste encore des doutes. Il y a des notions que ma tête connait mais qui ne sont pas encore pleinement réalisées dans mon cœur. Il n’y a que le Saint-Esprit qui peut déraciner les doutes en nous révélant au plus profond de nous toute l’étendue de Sa grâce. Par nous même, il est impossible de marcher sur l’eau, mais c’est en Lui faisant une totale confiance.

Jésus voulait-il que Pierre coule ? Bien sûr que non ! Je suis convaincue qu’Il était heureux de le voir venir à Lui, heureux de le voir oser, heureux qu’il croit en Lui. Il nous arrive avec Fabien de nous enfoncer un peu dans l’eau lorsque nous regardons au vent et aux vagues mais Il est toujours là pour nous faire sortir de l’eau et nous remettre « à flot ».

Et toi est-ce que tu veux sortir de la barque ? Avancer pas à pas sur l’eau et voir qu’au fur et à mesure de cette marche, ce sont les doutes qui finissent par couler et perdre pied ! Il y aura alors, sans AUCUN DOUTE, cet instant où Jésus reviendra avec nous vers la barque, que ce chapitre sera clos et que le vent cessera (v.32).

J’aime aussi croire que les versets qui suivent cette histoire, ne sont pas là par hasard :

Matthieu 14 : 34 à 36 « Après avoir traversé la mer, ils vinrent dans le pays de Génésareth. Les gens de ce lieu, ayant reconnu Jésus, envoyèrent des messagers dans tous les environs, et on lui amena tous les malades. Ils le prièrent de leur permettre seulement de toucher le bord de son vêtement. Et tous ceux qui le touchèrent furent guéris. »

7 réponses sur “Vous avez un doute ?”

  1. Bravo Claire, et merci,

    Oui, nous avançons tous et toutes à tâtons, mais chaque pas hors de la barque nous aide à aller plus loin, plus profondément dans SON amour.
    Pour moi, ce n’est pas au niveau de la guérison, mais le Seigneur m’a fait vivre réellement quelque chose que Paddy m’avait dit, qui était dans ma tête, et qui, par SA grâce, cette nuit est dans mon coeur.
    Oui, il est bon de méditer les enseignements de P.F.
    Quant à vous, au sujet de Lévi, je suis convaincue que l’ambiance d’amour dont il est entouré fera des miracles. Cela, j’en ai eu la conviction dès que je vous ai vus à Valence, mais je n’ai pas osé vous le dire…
    Aujourd’hui, en osant vous en parler, c’est un autre pas de foi… car, en règle général, je ne parle pas trop.
    Soyez bénis tous les 4. et Merci pour vos articles.
    Micheline.

  2. Merci Claire, que ça fait du bien de te lire. Merci mille fois pour ce témoignage de tout un chemin sur lequel vous êtes ..sur lequel nous sommes tous.

    Bisous affectueux à vous quatre et au plaisir de vous revoir un de ces jours

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.